- PUBLICITÉ -
Le rideau tombera sur Une musique inquiétante

Émile Proulx-Cloutier

Le rideau tombera sur Une musique inquiétante

Au Théâtre Lionel-Groulx, le dimanche 27 février

Jouée au Théâtre du Rideau Vert une cinquantaine de fois au début de l’année 2010, la pièce Une musique inquiétante a récemment repris du service en région.

Le dimanche 27 février prochain, le rideau tombera sur la scène du théâtre Lionel-Groulx, alors que les comédiens Émile Proulx-Cloutier et Jean Marchand s’exécuteront une dernière fois. «C’est vrai que c’est un gros morceau de ma vie qui s’en ira. Cette pièce aura aussi été pour moi l’occasion d’une grande rencontre avec Jean Marchand», nous confiait le comédien Émile Proulx-Cloutier, quelques jours seulement avant l’ultime représentation.

Dans la pièce, ce dernier incarne un jeune pianiste prodige en manque d’inspiration qui débarque à Vienne pour étudier avec le grand professeur Schiller. C’est plutôt le professeur Mashkan, joué par le comédien Jean Marchand, qui l’accueillera. Entre les deux hommes, une histoire troublante se tissera, ponctuée d’humour mais surtout de confrontations. «C’est rien de moins qu’une joute d’épée verbale qui se jouera entre les deux hommes», image Proulx-Cloutier.

Mis en scène par Martin Faucher, le texte de Jon Marans, au-delà de la musique classique, celle de Schuman en l’occurrence, met aussi en contexte le passé sombre de Vienne. «La pièce se passe en 1986, soit 40 ans après la fin de la Deuxième Guerre mondiale», précise-t-il. Or, les nazis existent toujours en Autriche, donnant à la pièce une lourdeur inquiétante qui perdurera tout au long de l’histoire.

Un supplément d’âme

Pour ajouter à la complexité, les comédiens ont aussi accepté de jouer la pièce dans sa langue originale, en anglais, l’année dernière. En tout, 16 représentations ont été faites. Une expérience qui a laissé ses traces sur le jeu des comédiens. «C’était carrément une autre pièce. Le rythme était différent, l’énergie n’était plus la même», énumère le jeune comédien. Reste que, selon lui, l’expérience aura positivement influencé le spectacle actuel. «La pièce goûte meilleur et notre jeu est plus fluide. C’est comme si on lui avait donné un supplément d’âme», illustre-t-il, d’avis que la seule musique de Schuman, par sa beauté, ne pourra faire autrement que happer les gens au passage. «Pour le reste, je fais confiance à leur intelligence», termine-t-il.

Fils de deux grands comédiens (Danielle Proulx et Raymond Cloutier), Émile Proulx-Cloutier dit avoir vécu un véritable coup de foudre pour son métier alors qu’il faisait partie d’une troupe de théâtre amateur, à la fin de ses études secondaires. On peut le voir présentement à la télévision, dans la série Toute la vérité, diffusée sur les ondes de TVA. Le comédien est également porte-parole pour Mer et Monde, un organisme d’initiation à la coopération internationale.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top