- PUBLICITÉ -
Culture et développement durable

Le Conseil de la culture des Laurentides a tenu des Cafés culture afin de favoriser le dialogue entre les acteurs politiques et ceux du développement de la culture.

Culture et développement durable

Dialogues

Est-ce que la culture, au sens large de la création, peut agir comme élément de développement durable dans une région et une société?

Voilà une belle et vaste question qui a été présentée aux différents partenaires municipaux, citoyens et organismes dans le cadre des Cafés culture et développement à travers toute la région des Laurentides, les 13 et 14 avril.

Cette activité de concertation est issue d’une initiative du ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine, lancée le 20 septembre 2010. Dans le cadre de cette démarche, une série d’activités nommée Agenda 21C de la culture pour le Québec a été mise en œuvre. «Cette démarche repose sur la participation active et l’engagement de la société québécoise. Il ne s’agit donc pas d’une démarche de consultation traditionnelle», peut-on lire dans le dépliant de présentation.

Dans les Laurentides, le Conseil de la culture a tenu trois Cafés culture et développement, dont un à Sainte-Thérèse, les autres à Saint-Jérôme et Mont-Tremblant. Un peu plus d’une centaine de personnes ont répondu à l’invitation. «Nous sommes très contents du niveau de participation», a confié le responsable des communications pour le Conseil, Ugo Monticone.

Assis autour de petites tables rondes, les participants ont eu à répondre à trois questions concernant la contribution des arts et de la culture au développement économique, social et territorial, les conditions de succès d’une contribution accrue des arts et de la culture au développement durable, et finalement, quelles sont les contributions que vous pourriez apporter pour accroître la présence de la culture afin de l’inscrire dans le développement durable.

Après les trois rencontres, le Conseil de la culture a dressé un premier bilan. Selon les informations obtenues, il semble que la présence de la culture chez les jeunes est primordiale pour développer un sentiment d’appartenance. Ces mêmes jeunes reconnaissent que les espaces culturels sont des lieux d’enrichissement et de rassemblement valorisant la langue française. Dans le même sens, il a été dit que les retombées économiques des activités culturelles permettent de dynamiser les villes et les villages, en plus de créer des emplois.

Le Conseil note que la culture pourrait avoir un impact plus grand si elle bénéficiait d’une reconnaissance tangible, appuyée par une vision politique, tout en restant et demeurant accessible. «Le Conseil de la culture des Laurentides croit que la démarche de l’Agenda 21C permettra de renforcer les liens entre culture, créativité et technologie, d’approfondir le rapport entre culture et éducation, culture, santé et cohésion sociale, et culture et dialogue interculturel, et qu’elle permettra de reconnaître que notre qualité de vie dépend autant d’un rapport harmonieux à la nature qu’à l’environnement construit», peut-on lire dans le bilan des rencontres.

Rappelons qu’un cadre de référence sera établi à la suite de ces rencontres. Ce document donnera l’impulsion au renouvellement de l’approche gouvernementale dans le domaine de la culture et établira les assises d’un nouveau chapitre de la politique culturelle du Québec.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top