- PUBLICITÉ -
Chiens à la rescousse

Chiens à la rescousse, auteure Laura Cousineau, Joey Cornu éditeur, juin 2010, 178 pages.

Chiens à la rescousse

Le troisième roman de Laura Cousineau

Avec la rentrée scolaire, le moment ne pouvait s’avérer plus propice à vous présenter le troisième tome de la série des aventures de Loulotte, intitulé Chiens à la rescousse. Alors même que l’on s’interroge sur la faiblesse de nos ados en français, ainsi que leur propension à s’acquitter de leurs devoirs, voilà que Laura Cousineau, 15 ans à peine, édite son troisième roman.

Laura n’était qu’une élève du primaire, le jour où Martin Deschamps est passé par son école pour témoigner de son parcours. Impressionnée par la réussite du chanteur malgré son handicap, elle se mettra à sa table de travail pour écrire Un chien différent, que l’on publiera à compte d’auteure. Ou de famille d’auteure, si vous préférez.

La saga de cette chienne à trois pattes venait de naître.

C’est avec étonnement que nous rencontrions alors cette jeune prodige, dont l’écriture à la première personne servait un propos vraiment bien articulé.

Outre cette rencontre scolaire fortuite qui provoquait l’étincelle créative, Laura a aussi bénéficié de cette autre chance d’être recrutée par Claudie Bugnon, de la maison Joey Cornu, vouée à la promotion des jeunes talents littéraires.

Cette «couveuse pour les jeunes auteurs à qui poussent des idées», comme le veut son slogan, reprendra le récit, ainsi que les deux tomes suivants, soit Chien en vedette, puis Chiens à la rescousse. Une association bénéfique de part et d’autre, puisque les deux premiers tomes sont déjà en réédition.

Dans le premier livre, l’auteure avait exploré la réhabilitation de son personnage canin avec un naturel et une sensibilité qui en faisait une très belle fable quant à l’acceptation et la résilience. Le second récit faisait valoir la volonté de s’imposer malgré les obstacles, tandis que ce troisième livre explore la solidarité et le passage à la vie adulte.

Loulotte vit toujours avec sa famille, mais on sent le personnage au détour de l’adolescence, avec un début de questionnement sur l’amour en dehors du giron familial, ainsi que cette attirance vers l’autre sexe. Les différences sociales aussi constituent une dimension qui confère un fondement fort intéressant à la suite de l’histoire, et donc une nécessité à ce troisième tome.

En fait, cette trilogie doit être vue tels une fable, un récit de passage vers la maturité qui, à même son écriture, devient une oeuvre de plus en plus mature.

La conclusion de Chiens à la rescousse laisse la porte ouverte à Loulotte, afin de courir avec sa meute d’amis vers d’autres aventures. Restera à savoir jusqu’où Laura amènera son personnage qui, rappelons-le, vieillit tout de même sept fois plus vite qu’elle.

Les histoires animistes de Loulotte s’adressent donc à un lectorat dont l’âge moyen s’échelonne de sept à douze ans, chacun des tomes s’étayant sur 155 à 176 pages, que l’écrivaine illustre elle-même.

Il sera intéressant pour les enseignants de savoir que Laura a déjà deux passages au Salon du livre de Montréal et qu’elle partage son expérience littéraire en donnant des conférences en milieu scolaire. Il vous suffit d’une visite sur le site [www.joeycornuediteur.com] pour davantage de renseignements.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top