- PUBLICITÉ -
Cégeps en spectacle a 60 ans!

(Photo Michel Chartrand)

Cégeps en spectacle a 60 ans!

Une Saint-Valentin festive à Lionel-Groulx

Vous savez très bien que la chose est impossible, puisque les cégeps eux-mêmes viennent tout juste de passer le cap de la quarantaine. Mais comme l’humour absurde demeure l’ingrédient récurrent de ceux et celles qui se succèdent depuis lors à l’animation de cette fête estudiantine, c’est donc sous le thème Cégeps en spectacle a 60 ans que se déroulera la 27e finale locale du collège Lionel-Groulx, au Théâtre Lionel-Groulx, le samedi 14 février.

«Les rétrospectives, ça fera!», ont d’ailleurs martelé les trois animateurs de l’évènement, Lucien Abbondanza-Bergeron, Tommy Lavallée et Jocelyn Lebeau, lors d’un point de presse au cours duquel, en remontant le cours du temps jusqu’à Jérusalem en spectacle, on précisait du coup le ton qui serait donné à une soirée qui ne sera pas exempte d’au moins un petit clin d’œil à la fête des amoureux.

Si vous n’aviez jamais entendu parler de la chose, notez que Cégeps en spectacle (qui souffle pour sa part un gâteau de 30 bougies) est un concours réunissant tous les arts de la scène (le règlement exclut toutefois les défilés de mode et les arts martiaux) et qui s’adresse à des artistes étudiants qui sont obligatoirement amateurs. La finale locale est un tremplin qui mène à la régionale puis à la finale nationale, un chemin parsemé de bourses et de prix divers.

Neuf numéros

Sur le coup de 19 h 30, encadrés par les trois animateurs et soutenus musicalement par un orchestre maison de sept musiciens, les participants de cette finale locale proposeront les neuf numéros qui ont été retenus en audition: Évasion, un numéro de danse offert par Sophie Renaud et Marie-Claude Camirand; Héliogabale, un groupe musical qui puise son inspiration dans les années 1980; V’lours et ses rubis, un trio qui plonge encore plus loin, jusqu’aux cabarets parisiens des années 1920; Ludovic Daoust, un musicien qui improvisera sa Théorie du Chaos; l’auteur-compositeur-interprète Guillaume Lecompte; le pianiste et compositeur Jean-Philippe Sansfaçon; l’auteur et comédien Nicolas Gendron; la chanteuse Jessica Gagnon et, finalement, le duo Leduc-Chevrette, dans un numéro son et lumière.
À surveiller, le décor conçu par Emmanuelle Demers, fait à partir d’éléments puisés dans les bacs de recyclage du collège et qui scintilleront sous les éclairages de Kevin Ouellette. D’ailleurs, l’échantillon présenté en point de presse était pour le moins probant.

Tous ces artistes courtiseront bien sûr le public, mais ils tenteront tout autant de séduire un jury composé de professionnels de la scène artistique: le comédien Frédéric Barbusci, le chanteur Martin Rouette, l’auteur, comédien et metteur en scène Simon Boulerice, de même que le musicien Laurent Gosselin.

Ce jury aura la tâche de désigner le représentant de Lionel-Groulx à la finale régionale qui sera disputée le 7 mars, au collège de Valleyfield. Pendant la délibération, le public patientera en compagnie de l’humoriste Grand Gab et du groupe musical De Facto. À noter qu’au terme des 53 finales locales et des cinq finales régionales, c’est au cégep de Jonquière que sera présentée la finale nationale, le samedi 2 mai. L’année dernière, les gagnantes de la finale locale de Lionel-Groulx et leur numéro intitulé La Chambre de Mignonne, avaient notamment atteint la ronde ultime.

Les compteurs étant remis à zéro, c’est donc le samedi 14 février que l’aventure redémarre. Les billets, vendus au coût de 8 $, seront disponibles à la porte.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours


- PUBLICITÉ -
Top