- PUBLICITÉ -
Bulles à ire bd

La jeunesse de Staline – 1.50550 (Édition des Arènes)

Quelques récents titres à découvrir…

Avec l’arrivée du mois de septembre, c’est maintenant le temps de penser à la rentrée automnale. Et qui dit rentrée dit nouveautés, notamment dans le merveilleux monde de la bande dessinée.

Mais avant que celles-ci apparaissent sur les rayons des librairies, permettons-nous un petit tour d’horizon de quelques titres parus ces dernières semaines.

La jeunesse de «Sosso»

Commençons d’abord avec la série La jeunesse de Staline (Les arènes BD) qui nous propose de plonger dans l’Histoire avec un grand «H». Nous voici en 1931 avec Staline, que parents et amis surnommaient «Sosso», lequel se décide à raconter les premières années de sa vie. Il dicte le tout à un pauvre secrétaire du Parti communiste, de son enfance perturbée à Gori au séminaire de Tiflis, des hold-up, coups de force sanglants et premières grèves à Bakou jusqu’aux prisons de Sibérie. Ce n’est cependant là que la première partie d’un récit à suivre.

La saison 2 de l’Agent Jean se poursuit

Après un premier tome paru il y a peu de mois, voilà que la saison 2 de l’Agent Jean se poursuit avec un deuxième tome intitulé La Nanodimension (Groupe Modus – Presses Aventure). Cette fois, le Premier Continent est en danger. En effet, le président Tibérius, nouvellement réélu, et cela pour une neuvième fois, a mis au point un plan lui permettant de voler les plus puissantes et dangereuses technologies de l’Agence. Mais Martha est aux aguets. Quant à notre héros, il est victime d’un accident dans le laboratoire d’Henry et se retrouve rapetissé à l’échelle moléculaire. Par chance, il se lie d’amitié avec une espèce de nanorobots vivant dans les murs de l’édifice A… Ensemble, ils tenteront de contrecarrer les plans du président.

Le père Vincent mène l’enquête

Avec Vincent – Un saint au temps des mousquetaires (Dargaud), ce n’est pas tant l’histoire de saint Vincent de Paul qui nous est racontée, mais bien celle du père Vincent, un prêtre qui battait le pavé de Paris pour aider les plus démunis. Celui que l’on a surnommé le «saint des pauvres» mène ici plus précisément, en 1643, une enquête personnelle à la suite de l’assassinat de l’un de ses protégés. Le scénariste Jean Dufaux et le dessinateur Martin Jamar sont aux commandes de ce one shot.

 

Les Gaulois en visite chez les Belges

Les Gaulois que nous connaissons bien ne sont pas contents du tout, et en particulier le chef Abraracourcix. En effet, César s’est permis de dire que de tous les peuples de la Gaule, les Belges sont les plus braves. Le chef, accompagné d’Astérix et Obélix, décide donc de se rendre illico en Belgique, où, une fois arrivé, il jette un défi aux Belges: le peuple le plus brave sera celui qui détruira le plus grand nombre de camps romains. Et voilà César désigné arbitre d’un duel historique! Dernière histoire d’Astérix scénarisée par René Goscinny, avant son décès subit en novembre 1977, Astérix chez les Belges (Hachette) fait l’objet d’un nouveau tirage, cette fois enrichi d’un cahier de 16 pages pour tout savoir sur l’album.

Il a fait l’histoire: Lénine

Amorcée en 2014, la collection Ils ont fait l’histoire s’est donné comme principal objectif de raconter en mots et images la vie de grands personnages qui ont marqué leur époque, qu’il s’agisse de Napoléon, Jeanne d’Arc, Louis XIV, Charles de Gaulle ou John F. Kennedy. Le 19titre de la collection, coédité par Glénat et Fayard, s’attarde cette fois sur la vie de Vladimir Ilitch Oulianov, mieux connu sous le nom de Lénine, devenu au fil des ans l’icône internationale du communisme au XXe siècle.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top