- PUBLICITÉ -
Le sang des Porphyre - Gwémon

Le sang des Porphyre: Gwémon (Dargaud)

Le sang des Porphyre – Gwémon

Grande saga celtico-côtière, se déroulant à la fin du XVIIIe siècle, la série Le sang des Porphyre en est déjà rendue à son troisième album, également l’avant-dernier du premier cycle. Cette série raconte une histoire d’amour dans laquelle on retrouve la jolie et impétueuse Bretonne Soizik, mais aussi le destin d’une famille maudite, celle des Porphyre, dont les deux fils, Konan et Gwémon, n’ont eu pour héritage de leur père, un naufrageur, qu’un œil de verre. Sur celui-ci, on peut y lire une phrase en latin qui les mettra sur la piste d’un trésor.

Dans ce troisième album, Gwémon (Dargaud), l’un des deux fils de Hyacinthe Porphyre, Gwénon, va apprendre qu’il n’est justement pas le fils du naufrageur qu’il croyait être. Pour sa part, Soizik apprend également qu’elle n’est pas non plus l’enfant qu’elle croyait être. Avec ce tome trois de leur saga, le scénariste Balac (alias Yann) et le dessinateur Joël Parnotte nous entraînent sur les côtes bretonnes avec un récit dans lequel, à la manière d’un grand soap américain, les rebondissements ne manquent certes pas. Mais, les deux auteurs ont pris bien soin, on s’en doutera, de ne pas tout révéler immédiatement, question de laisser un peu de suspense pour le quatrième titre à venir. Et, déjà, l’action ne manque pas!

Par ailleurs, voici enfin la seconde partie du diptyque Le diable des sept mers (Dupuis, collection Aire libre), que signent le dessinateur Hermann et le scénariste Yves h. Ici, il est également question d’une chasse au trésor dans la grande tradition des récits de pirates. Manifestement, père et fils ont choisi de se faire plaisir en plongeant dans cette grande aventure où, encore ici, l’action ne manque pas!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top