- PUBLICITÉ -
Des tondeuses et des hommes

Des tondeuses et des hommes (Éditions La Pastèque)

Des tondeuses et des hommes

Fondée par Jacques Hurtubise, la revue humoristique Croc, publiée entre 1979 et 1995, a très certainement marqué le début de la bande dessinée professionnelle québécoise et donné à celle-ci, après bien évidemment le Capitaine Kébec, créé par Pierre Fournier, ses premiers véritables héros. On pense ici immédiatement à Michel Risque, Red Ketchup et Jérôme Bigras, sans oublier ces gags délirants signés par Gaboury. Dans le cas de Jérôme Bigras, personnage qui a apparu dans les pages de Croc en 1985, les amateurs de bande dessinée de l’époque ont fait connaissance avec le parfait banlieusard, épris de sa fidèle tondeuse à gazon prénommée Rex, vivant à Bungalopolis, une banlieue couverte de split-levels tous identiques.

Créées par Jean-Paul Eid, les aventures de Jérôme Bigras étaient dignes des plus grands scénarios apocalyptiques de ce monde avec des épaves de galions espagnols traînant au fond de la piscine, des monstres marins se débattant dans la cave, des garde-robes menant directement au centre de la Terre ou encore des La-Z-Boy devenant des machines à voyager dans le temps. Bref, le quotidien à Bungalopolis n’avait finalement rien d’ordinaire.

Avec l’album Des tondeuses et des hommes, la maison d’édition La Pastèque nous permet justement de renouer avec ce sympathique personnage et ses délirantes aventures. L’album regroupe presque l’intégrale de cette série qui s’est déroulée sur une dizaine d’années, dont plusieurs inédits. Bref, avec cet album, les lecteurs d’aujourd’hui sont à même de constater que les auteurs de bande dessinée québécois avaient, à l’époque, bien de l’imagination. On n’a qu’à penser à cet épisode qu’il faut lire par transparence. Jérôme Bigras est de retour: attention à tous!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top