- PUBLICITÉ -
Vogue La Valise Siris

Vogue la valise – L'intégrale (Éditions de la Pastèque)

Bulles à lire: Vogue la valise

Les histoires de jeunes trimballés, vivant dans des familles d’accueil peu «accueillantes», sont fort malheureusement, nombreuses. Et pas toujours jolies à raconter. Pourtant, le bédéiste Siris a choisi de raconter la sienne. Loin de le faire sur un ton larmoyant, l’auteur surnommé «la Poule» a choisi plutôt de nous raconter ce récit de jeunesse avec une certaine dose d’humour.

Pour la petite histoire, il faut mentionner que le premier volet de récit a été publié en 2010. Il raconte comment le père et la mère de «la Poule – alter ego autobiographique de Siris pour les besoins de ce récit –, se sont rencontrés dans les années 1960, mais aussi les problèmes d’alcool du paternel qui seront à l’origine de l’éclatement de la famille Sirois. Les cinq enfants, dont «la Poule» , le p’tit dernier, seront en effet tous placés dans des familles d’accueil, malgré les tentatives de la mère de les récupérer.

Ce premier volet, qui compte 118 pages, avait valu à l’époque à celui qui œuvre dans la bande dessinée depuis une vingtaine d’années des nominations au Bédélys Québec 2010, comme «Album québécois de l’année» , et au Joe Shuster Award 2011, comme «Créateur exceptionnel de bandes dessinées» .

Et un deuxième volet

Sept ans plus tard, voilà que Siris boucle la boucle avec un deuxième volet de 223 pages, alors que «la Poule» , maintenant âgé de 6 ans, se retrouve dans une nouvelle famille d’accueil, les Troublant (nom fictif). Il y sera bien malgré lui jusqu’à l’âge de 18 ans, et réussira à «s’en sortir» grâce aux amis rencontrés en chemin, à son frère et ses sœurs, à la musique et… la bande dessinée.

Ce deuxième volet fait partie intégrante de l’intégrale de Vogue la valise, que viennent de publier les Éditions de la Pastèque. Pour l’auteur âgé aujourd’hui de 55 ans, c’est surtout l’occasion de mettre enfin un point final à ce roman graphique au final fort touchant, mais porteur d’espoir. Car oui, ça ne peut pas toujours mal aller!

Toujours pour les Éditions de la Pastèque, Siris travaille actuellement avec Marc Tessier, sur un autre projet de bande dessinée, Un Paris pour Dallaire. Cette fois, il racontera la vie de l’artiste-peintre québécois Jean Dallaire, né en 1916 et mort en 1965.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top