- PUBLICITÉ -
Journal Nord Info et La Voix des Mille-Îles

Achille Talon n’arrête pas le progrès

Il n’y a, semble-t-il, qu’en bande dessinée que l’œuvre d’un auteur décédé est reprise par d’autres. Dans le monde des romans, on ne saurait imaginer que des personnages connus et appréciés des lecteurs reprennent du service après la mort de leur auteur. Imaginez, par exemple, que Miss Marple ou encore Hercule Poireau renaissent de leurs cendres pour vivre de nouvelles aventures sous la plume d’un nouvel auteur. Tout à fait inimaginable!

Pourtant, en bande dessinée, c’est chose courante. Et les exemples ne manquent pas: Astérix, Spirou et Fantasio, Lucky Luke, Blake et Mortimer, et, depuis peu, Achille Tallon, créé par le génial Greg, décédé en 1999. Les irréductibles diront que c’est là un sacrilège au neuvième art; d’autres, plus conciliants, diront que ces personnages ont droit de survivre à leurs créateurs, en autant que cela leur soit livré dans le domaine du très acceptable. Ainsi, dans le cas de Spirou et Fantasio, tout comme pour Blake et Mortimer, les amateurs ont eu droit à d’excellents albums. Ce qui n’est pas le cas d’Astérix ou de Lucky Luke.

Voici donc que deux nouveaux auteurs tentent de donner un nouveau souffle à la série Achille Talon, après les tentatives infructueuses des scénaristes Christian Godard (Achille Talon a la main verte), Brett (Tout va bien!) et Herlé (Le monde merveilleux du journal Polite), aidés dans les trois cas du dessinateur Widenlocher. C’est maintenant au tour du scénariste Pierre Veys et du dessinateur Moski de tenter de relever ce défi pas très évident. Si le dessin se rapproche beaucoup plus de celui de Greg, le texte, lui, n’est pas toujours à la hauteur, comme en faisait foi l’album Achille Talon crève l’écran (Dargaud). Les deux auteurs sont de retour avec un deuxième album, Achille Talon n’arrête pas le progrès (Dargaud), et s’en tirent cette fois un peu mieux. Les gags sont un peu plus drôle, même si Achille semble quelque peu trop agressif. Ce n’est évidemment pas le «vrai» Achille, et ce ne le sera plus jamais. Pour le «vrai», on vous conseille fortement de lire tous les albums signés de la main de Greg. En attendant, comme Dargaud a décidé de poursuivre la série, il faudra se contenter de cet Achille Talon qui sait comme même être drôle dans son verbiage.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours


- PUBLICITÉ -
Top