- PUBLICITÉ -
Bleus vs Chanoines: une partie de plaisir

(Photo Pierre Latour)

Bleus vs Chanoines: une partie de plaisir

Impro

Cerise sur le gâteau de cette fin de semaine consacrée à l’improvisation, avec le tournoi de la Coupe des Apôtres, le Carrefour étudiant du collège Lionel-Groulx a été le théâtre d’une joute de haut calibre, le lundi 2 février.

En effet, les Chanoines y recevaient les Bleus de la Ligue nationale d’improvisation, sous l’œil attentif de l’arbitre Thierry Leblanc. Une ambiance de fête régnait, le public nombreux et sonore n’était pas avare d’encouragements tout au long de ce match relevé où l’équipe locale semble avoir joué le tout pour le tout, mais où l’expérience des pros a finalement eu raison des Chanoines, dans un score final de 9 à 5.

La première improvisation amorce le match de belle façon. Mixte, sans thème ni caucus, elle met les joueurs au défi dès le départ. Challenge relevé avec brio, dans lequel une mère porteuse devient «l’autre femme», générant ainsi une scène de ménage au bon dosage d’humour et de drame. Les Bleus gagnent haut la main le premier point et prendront d’ailleurs une solide avance en première partie de match. La Symphonie inachevée, mettant en vedette Aglaé la Muse éternelle (excellente Brigitte Benny des Chanoines) et Suzette P, fille d’un compositeur décédé, ravit le public avec ses personnages aux répliques savoureuses et oblige un comptage des votes, lesquels favorisent les Bleus par un seul point. Les Chanoines obtiennent enfin leur premier point avec La frontière, racontant l’histoire d’un couple engoncé dans sa routine et qui prend des moyens drastiques pour s’en libérer, une joueuse des Chanoines incarnant une épouse plutôt volontaire… Ces derniers terminent la première partie du match sur une victoire, avec Lâche ton arme et son surprise party qui tourne mal, se distinguant avec originalité du scénario de film d’action proposé par les Bleus.

En seconde partie de l’affrontement, le public préfère d’abord la sagesse du coiffeur positif et psychologue de la LNI au drame des danseuses aux personnalités bien définies des Chanoines dans Je tiens ça de ma mère. Cependant, l’équipe locale réplique en remportant l’improvisation mixte Débranché, mettant en scène une enfant sauvage (Bleus) et l’intervenant (Chanoines) qui tente de l’apprivoiser avec douceur. Pour Le Train de Barcelone, les deux équipes rivalisent de créativité, les Chanoines offrant une relecture du Crime de l’Orient Express d’Agatha Christie, avec des personnages intéressants et assumés, tandis que du côté des Bleus, une voyageuse solitaire se heurte à une ribambelle de passagers peu accueillants alors qu’elle cherche simplement une place libre à bord d’un train bondé. C’est finalement la performance des Bleus, avec son jeu soutenu et ses personnages diversifiés, qui récolte le point. Soulignons également cette hilarante parodie d’émission pour enfants, aux personnages typés et farfelus, proposée par les Bleus qui auront le dessus sur le couple en pédalo envahissant par accident le territoire d’Amazones sans merci, interprétés par les Chanoines, dans une impro inspirée d’une piste musicale. Une improvisation de six minutes, idée audacieuse surtout en fin de match, aurait pu tourner au désastre tant elle permet d’explorer des pistes dans tous les sens. Mais avec beaucoup d’humour et les interventions de René Rousseau (Bleus) pour la remettre sur le bon chemin, on passe finalement un bon moment avec Prêt à porter, ce couturier, son assistant et les frères et sœurs dont il doit prendre soin.

Bref, une véritable partie de plaisir que ce match, autant pour les spectateurs que pour les joueurs. Une expérience unique aussi pour les Chanoines qui, peu importe l’issue de la partie, sont demeurés bons joueurs, alertes et créatifs.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours


- PUBLICITÉ -
Top