- PUBLICITÉ -
L’évaluation d’un vin

L’évaluation d’un vin

J’ai reçu, le mois dernier, un manuel intitulé La dégustation et l’évaluation du vin, un cours de sommellerie à la portée de tous. Je me pensais revenu à l’ITHQ au début des années 1980. Je ne connais pas du tout son auteur, Pierre Rajotte, mais il a bien travaillé. La dégustation est un lent apprentissage et l’auteur vous donne des méthodes pour apprendre en étudiant les parfums, les fleurs, les fruits, des exercices pratiques et simples, comment déceler le vin pirate, celui qui est différent des autres; tout est bien expliqué. Une analyse en détail de plusieurs vins complète le tout. De tels livres existent, mais sont plus chers et plus compliqués. La maison d’édition Alliage se spécialise dans les manuels scolaires et vous offre ces 170 pages glacées pour parfaire vos connaissances. Un carnet de dégustations est aussi disponible, à prix populaire.

Un cidre de glace qui fait le tour du monde

Quinze médailles dont 11 d’or pour le Frimas, récolte d’hiver de La Face cachée de la pomme, un cidre de glace fait à partir des pommes gelées aux arbres qu’on a recueillies patiemment pendant un mois, en 2007-2008, à -15 °C. Cinquante pommes en moyenne par bouteille de 375 ml, pour un produit exclusif et numéroté; et 5,866 bouteilles seulement. Ce nectar est l’un des fleurons de notre terroir qui se vend le plus, entre autres en France. Avec de tels cidres, on n’a rien à envier aux grands vins liquoreux du monde entier. La robe, la complexité et la richesse de ce cidre se développeront au fil des années. Une œuvre d’art gorgée de saveurs subtiles qui peut faire 10 années au cellier. Dommage qu’on doive le déguster, mais il peut servir pour toutes vos méditations: 48,75 $ pour le 2007. La grande maison Boisset de Bourgogne va distribuer ce produit un peu partout dans le monde.

Je ne sais trop ce qui va se passer avec notre drôle d’hiver, pour les vins de glace ou nos cidres de glace. Ceux qui ont ramassé avant Noël ont bien fait, les autres perdront au niveau de la quantité.

La SAQ Dépôt pour refaire le cellier

Je suis passé récemment à la SAQ Dépôt du Marché central de Montréal. On peut désormais épargner à partir de trois bouteilles et plus, mais le rabais de 15 % est applicable sur 12 bouteilles et plus. Idéal pour refaire le cellier après les célébrations. On y trouve des formats uniques, beaucoup de litres, des champagnes, des cidres de glace, beaucoup de vins de type porto, du régulier au grand vintage, dont il ne reste parfois que quelques bouteilles. Les vins rouges sont plus nombreux que les blancs, et tous les alcools sont disponibles. Une famille d’Italiens passait avant moi, à la caisse. Ils en ont pris 10 caisses, surtout des vins italiens. Le rabais obtenu était de plusieurs centaines de dollars: [www.saq.com].

Jour de l’An avec le Liebfraumilch

Cinquante pour cent des exportations de vins allemands portent sur ce vin, un assemblage de cépages blancs, dont le Riesling, le Sylvaner, le Muller-Thurgau ou le Kerner. Les gens de ma génération se souviennent sûrement du Blue Nun, le vin que tous buvaient dans les années 1980. La SAQ n’en a malheureusement plus, mais la LCBO en a de tous les formats. Les raisins peuvent provenir de quatre régions du pays. Le nom veut dire littéralement «l’église de la Vierge», une autre traduction donne «le lait de la vierge». Le Madonna a bien servi le brunch du Nouvel An, en famille, au chalet. Le fruité tropical et son taux d’alcool léger (il titre 10 %) ont bien poursuivi les réjouissances de la nuit. Les fruits de mer et les viandes blanches pourront aussi très bien convenir: 11,30$.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top