- PUBLICITÉ -
Vincent Arseneau dénonce les attaques de Christian Charron

Vincent Arseneau

Vincent Arseneau dénonce les attaques de Christian Charron

En réaction à un article publié sur le site Web de TVA Nouvelles, le week-end dernier, en lien avec certaines déclarations de Lino Zambito à la Commission Charbonneau, le conseiller municipal indépendant Vincent Arseneau s’en est pris au chef du Parti Vision Action (PVA), Christian Charron, dénonçant vertement les «attaques insidieuses et répétées» de ce dernier à l’égard de la fonction publique de Sainte-Thérèse.

«Ça fait maintenant trois ans que le Parti Vision Action met en doute la crédibilité de la Ville, des élus et des fonctionnaires. J’en ai assez d’entendre notre fonction publique attaquée. Je connais personnellement presque tous ces cadres, leur compétence et leur professionnalisme», a-t-il lancé, d’avis qu’il est temps que ces attaques cessent.

M. Arseneau en a ensuite poursuivi en soulignant qu’il avait personnellement été témoin d’une rencontre entre Lino Zambito et les membres du PVA (dont M. Charron ne faisait pas partie à l’époque), le soir du vote par anticipation, le 25 octobre 2009, devant le Centre culturel et communautaire Thérèse-De Blainville, donc après la mise au jour du scandale de Boisbriand où, rappelons-le, M. Zambito aurait tenté de faire déraper le processus électoral. «Ce soir-là, j’ai vu Lino Zambito saluer et donner la main à tous les membres du PVA et embrasser son ex-chef, Annick Hupperetz. Je m’interroge donc: est-ce que Lino Zambito était derrière la campagne électorale du PVA?», a-t-il soulevé, une allégation démentie par la principale intéressée qui, rappelons-le, ne fait plus partie de l’exécutif du PVA depuis un an. «Ce jour-là, M. Zambito a dit bonjour à plein de citoyens», a-t-elle pointé, au lendemain de la séance. Celle-ci ajoute par ailleurs qu’elle ne sera pas sur les rangs lors des élections municipales de 2013.

Présent dans la salle du conseil, Christian Charron a promptement réagi aux propos de M. Arseneau, pointant que s’il obtenait les réponses à ses questions, le doute ne planerait pas. «Si vous répondiez à mes questions, il n’y en aurait plus de soupçons», a-t-il lancé à son tour.

Au lendemain de la publication de l’article en question par TVA Nouvelles, M. Charron a publié sur le site de son parti une mise au point selon laquelle le journaliste, à qui il affirme ne pas avoir accordé d’entrevue, était allé «au-delà des propos que j’ai écrits». Les propos en question sont à l’effet que «des élus et des fonctionnaires municipaux de Sainte-Thérèse seraient au courant des stratagèmes de collusion dans l’octroi des contrats».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours fête des pères
- PUBLICITÉ -
Top