- PUBLICITÉ -
L’étudiante Audrey-Anne Lacasse, du collège Lionel-Groulx et Ramez Ayoub, député de Thérèse-De Blainville.

L’étudiante Audrey-Anne Lacasse, du collège Lionel-Groulx et Ramez Ayoub, député de Thérèse-De Blainville.

Une étudiante du collège Lionel-Groulx représente Thérèse-De Blainville au parlement canadien

L’étudiante Audrey-Anne Lacasse, du collège Lionel-Groulx, a eu le privilège d’être sélectionnée pour participer au Programme national Héritières du suffrage.

«C’est avec fierté et un réel plaisir que j’ai accompagné mon Héritière et membre du Conseil jeunesse de Thérèse-De Blainville, Audrey-Anne Lacasse, tout au cours de sa visite et son expérience au Parlement d’Ottawa» déclare M. Ayoub.

Cette initiative a permis à des jeunes femmes provenant de chacune des circonscriptions électorales du pays de vivre un événement historique qui marque 100 ans d’engagement politique formel des femmes au pays, tout en célébrant le 150e anniversaire du Canada.

À l’occasion de la Journée internationale de la femme le 8 mars dernier, Audrey-Anne a eu le privilège de siéger à la Chambre des Communes, une Chambre totalement féminine qui en comptait plus que la population n’en a jamais élues dans toute l’histoire du pays.

Les Héritières du suffrage est un programme qui vise à faire progresser la parité entre les sexes à tous les paliers de gouvernements en offrant aux jeunes femmes les connaissances, la confiance et la motivation nécessaires pour convoiter des charges publiques et prendre leur place dans les campagnes électorales.

Rappelons-nous que c’est seulement depuis 2015, sous le gouvernement Trudeau, par une geste concret, que pour une première fois le cabinet des ministres a été choisi en tenant compte d’une parité homme femme.

Durant ces sessions de trois jours, du 6 au 9 mars, Audrey-Anne a participé à des ateliers de développement professionnel et de leadership, assisté au Forum autochtone, à une journée d’étude consacrée aux enjeux politiques concernant l’égalité des femmes et des hommes, les droits de la personne, la santé mentale, la violence faite aux femmes, les enjeux de développement durable et international, la politique étrangère, l’engagement démocratique, la réconciliation, la science et l’innovation et le droit des minorités linguistiques.

«D’abord, je tiens à remercier M. Ayoub de m’avoir si bien accueilli à Ottawa. J’ai eu la chance de rencontrer des leaders exceptionnelles, ce fût une expérience hors du commun et je me suis sentie privilégiée de faire partie de ce moment historique que l’on vit une seule fois dans la vie…. À moins qu’un jour j’y aie ma place … qui sait?» a dit Audrey-Anne.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top