- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Une augmentation de 3,65 $ du taux horaire

Entente de travail entre Blainville et ses brigadières

Après plusieurs mois de négociations et de gestes d’éclat de la part des syndiquées, la Ville de Blainville vient de s’entendre avec ses brigadières. Sans contrat de travail depuis 2006, les brigadières de la section 4530 du Syndicat canadien de la fonction publique ont finalement accepté l’entente de travail, le 29 janvier, dans le cadre de leur assemblée générale syndicale.

«Après plusieurs mois et de nombreuses rencontres, nous sommes finalement arrivées à une entente pour laquelle les deux parties sont contentes. L’entente que nous signons aujourd’hui est très bonne pour les brigadières et pour la Ville de Blainville», de souligner le maire, François Cantin, manifestement fier de la conclusion de cette négociation.

Rectifié le 24 mars dernier par le conseil municipal, le nouveau contrat de travail couvre la période du 1er juillet 2006 au 30 juin 2011. «Nous avions un dilemme sur le taux horaire en vigueur à Blainville et les municipalités environnantes», de mentionner Diane Legault, présidente de la section 4530.

En effet, on se rappellera que les brigadières de Blainville ont manifesté à quelques reprises devant l’hôtel de ville, lors des assemblées du conseil municipal. Au cours de la négociation, les brigadières avaient manifesté un mécontentement quant au manque d’ouverture de la part de la Ville dans le processus. «Nous avons dû aller en médiation pour arriver à nous entendre», de préciser Joanne Bertrand, responsable des contrats de travail à la Ville de Blainville.

Le nouveau contrat prévoit notamment une augmentation annuelle de 3 % pour chacune des années du contrat. De plus, le contrat prévoit deux ajustements du tarif horaire, et ce, dans le but de situer le salaire hebdomadaire des brigadières à un niveau équivalent aux salaires payés dans la région.
«Nos brigadières sont payées sur une base de 20 heures par semaine. Dans plusieurs villes environnantes, elles sont payées plus cher, mais font moins d’heures. En faisant la comparaison, nous en sommes venues à nous mettre d’accord pour un taux horaire de 14,65 $ au terme du contrat», de mentionner Mme Bertrand.

Ainsi, le taux horaire passera de 11 $ à 14,65 $ l’heure, en 2011. Rappelons que les 15 brigadières travaillent pour la durée de la période scolaire, soit environ 40 semaines échelonnées de septembre à juin. «Nous avons des brigadières qui sont là depuis de nombreuses années. Ces femmes aiment ce qu’elles font», de rappeler la présidente du syndicat.

En plus de l’augmentation de travail, le Service de police, dont les brigadières relèvent, s’est engagé à modifier leurs vêtements de travail. Avec les nouveaux uniformes, les travailleuses seront plus visibles et sécuritaires, en plus d’être confortables selon la saison. «Les brigadières sont des partenaires, pour nous», de souligner Lynda Ouimet, directrice du Service de police.
«Il ne fait aucun doute que c’est un niveau de service souhaité par les Blainvillois, qui nous ont indiqué à plusieurs reprises que la sécurité devait être une priorité dans notre ville», de conclure le maire.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top