- PUBLICITÉ -
Un évènement apolitique, insistent les élus

Photo Michel Chartrand:

Un évènement apolitique, insistent les élus

17e Classique des maires

Le 26 mai prochain, au Club de golf de Lachute, se tiendra la 17e édition de la Classique des maires au profit de la Fondation Drapeau et Deschambault. Or, pour la première fois de son histoire, la Classique peine à trouver des partenaires.

 

«La Classique demeure un moment intéressant pour les gens d’affaires de se côtoyer et d’élargir leur réseau», a débuté le président d’honneur de cette année et maire de Saint-Eustache, Pierre Charron. Or, en raison du contexte actuel, il semble que les gens tendent à mettre tous les élus dans le même panier, aux dépens de la cause elle-même. «Tout le monde municipal n’est pas corrompu. Et en ce moment, on constate que plusieurs personnes et entreprises s’esquivent ou sont à tout le moins frileuses quand vient le temps de s’associer à la Classique. La Fondation n’a pas à subir cet état de fait», a fait valoir M. Charron.

Entouré pour l’occasion du président et du secrétaire de la Fondation, respectivement Joé Bélanger et André Poirier, M. Charron a poursuivi en insistant sur le fait que, bien que la Classique bénéficie du support des élus municipaux de la région des Basses-Laurentides, la cause pour laquelle elle amasse des fonds demeure elle, totalement apolitique. «C’est une œuvre apolitique directement reliée à la santé», a ajouté M. Charron. Qui plus est, la Fondation Drapeau et Deschambault, par ses divers programmes et services, intervient directement sur la qualité de vie des personnes adultes en perte d’autonomie de la MRC de Thérèse-De Blainville et principalement celles qui sont hébergées aux centres d’hébergement Hubert-Maisonneuve, à Rosemère et Drapeau-Deschambault, à Sainte-Thérèse, constituantes du Centre de santé et services sociaux (CSSS) Thérèse-De Blainville.

Objectif ambitieux

La Classique, grâce à sa tenue, permet à la Fondation de financer une large partie de ses activités. Elle est, en quelque sorte, la vache à lait de la Fondation, celle par qui la majorité du budget se réalise. «Il s’agit de la plus grande rencontre sociopolitique des Basses-Laurentides et j’espère bien atteindre mon objectif de 100 000 $ de profits nets qui serviront entièrement à défrayer les activités parrainées par la Fondation», a poursuivi M. Charron.

Voilà un objectif ambitieux par les temps qui courent, admet son président Joé Bélanger, mais combien important à atteindre compte tenu de la valeur de sa portée. «N’attendons pas qu’un de nos proches arrive à cette étape de sa vie avant de nous impliquer parce que la Fondation a drôlement besoin de vous en ce moment. Quelques milliers de dollars en moins et ce sont plusieurs programmes qui risquent d’être coupés», a-t-il pointé. Comme la thérapie par l’art ou encore l’atelier d’aquarelle, financés à 100 % par la Fondation depuis 20 ans.

Rappelons également que la campagne de financement 2010-2012 de la Fondation se poursuit. Déjà, 158 500 $ ont été amassés sur un objectif de 500 000 $. Dans la mouvance, d’autres évènements sont à venir, notamment la première édition de la Grande sortie Desjardins, une randonnée cycliste familiale qui se déroulera le dimanche 12 juin prochain.

Pour plus d’information ou pour vous associer à la Fondation, contactez Jacynthe Bertrand, coordonnatrice des évènements à la Fondation Drapeau et Deschambault, au 450-437-4276.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top