- PUBLICITÉ -
Sursis de 60 jours à Oka

(Photo Michel Chartrand)

Sursis de 60 jours à Oka

Entente de principe entre la municipalité et le promoteur

Après le tumulte médiatique des dernières semaines relativement au terrain de la compagnie Norfolk situé en pleine pinède de Kanesatake, la Municipalité d’Oka et le promoteur se sont finalement rencontrés, le lundi 9 août dernier. Une rencontre au terme de laquelle une entente de principe serait survenue, à la satisfaction des deux parties.

«Nous avons eu un très bon échange et tout le monde semble vouloir se respecter dans le processus», a résumé le maire d’Oka, Richard Lalonde, au lendemain de la rencontre. Essentiellement, la rencontre aura permis aux deux parties d’établir les bases à partir desquelles elles devront travailler pour s’entendre. «À partir de là, chacun doit maintenant faire son travail», a ajouté le maire. Un processus qui s’échelonnera sur quelque 60 jours, période durant laquelle aucune autre action ne devrait tacitement prendre place. «Soixante jours, c’est le temps que nous nous accordons pour monter chacun notre dossier. Durant cette période, rien ne devrait se passer sur les terres de Norfolk», a assuré M. Lalonde.

Mentionnons que la Municipalité a confié le mandat des négociations à ses avocats. Ce sont eux également qui, de concert avec des professionnels, devront établir la valeur du terrain avant de fixer la somme maximale qui pourrait être consentie par la Municipalité, advenant l’acquisition du terrain par cette dernière. On sait pour le moment que le promoteur a maintes fois répété par le biais des médias nationaux qu’il évaluait son terrain à 400 000 $. On sait aussi qu’il a acquis ce même terrain pour la somme de 100 000 $, en 2009. Pour le moment, aucun montant, selon le maire, n’a cependant été avancé dans le cadre de la récente entente de principe.

Appui du gouvernement du Québec

Par ailleurs, malgré les demandes répétées de la Municipalité auprès des gouvernements, aucune offre concrète n’a encore été acheminée dans ce dossier. «Nous avons bien sûr sollicité l’aide des gouvernements, mais à ce jour, nous n’avons rien reçu de concret», a déclaré M. Lalonde. Quant à la nouvelle publiée dans les pages du quotidien La Presse, en date du 10 août dernier, par laquelle on apprend que «le gouvernement du Québec est prêt fournir l’argent pour que la municipalité d’Oka rachète les terrains de l’entrepreneur immobilier Norfolk, situés en pleine pinède de Kanesatake», le maire Lalonde émet un bémol. «Encore une fois, aucun montant n’a été dévoilé et aucun dialogue avec le gouvernement n’a même eu lieu cette semaine», a-t-il soutenu.

Rappelons que le 24 juillet dernier, le conseil municipal d’Oka avait unanimement voté en faveur d’une résolution imposant une réserve foncière sur le terrain de Norfolk. La résolution octroyait également au procureur de la Municipalité le mandat de prendre toutes les mesures nécessaires à l’imposition de la réserve et de préparer, signer et déposer l’avis d’imposition de cette réserve ou d’expropriation.

Invité à commenter l’entente de principe survenue entre la municipalité et le promoteur, le Conseil de bande de Kanesatake a décliné notre invitation, le chef Gordon Oke préférant obtenir davantage d’information avant de se prononcer.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top