- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Quelques trucs pour identifier un oiseau

Taille, silhouette, couleurs

Un bel oiseau coloré se pose sur une branche, le temps de prendre les jumelles… Oups, il est parti! Un oiseau brun fréquente furtivement la mangeoire de votre cour et vous vous demandez quel peut bien être ce petit animal.

La taille, la silhouette et la couleur constituent les éléments de base pour reconnaître rapidement un oiseau. Évaluez la taille de l’oiseau par rapport à un autre oiseau connu par vous. Est-il plus gros qu’une mésange, plus petit qu’un geai bleu? Observez sa silhouette, c’est-à-dire son allure générale, tant en position perchée qu’en vol. S’agit-il d’un oiseau dodu ou élancé?

La question des couleurs apparaît comme un critère fiable, mais il faut savoir que les oiseaux changent de plumage, sans oublier que les mâles et les femelles peuvent porter des costumes différents.

Identifier un chardonneret jaune, petit oiseau trapu, à une mangeoire de chardon en plein été s’avère un exercice aisé. Le mâle est entièrement jaune, à l’exception de la calotte sur la tête et des ailes qui sont noires. Mais la femelle ne porte pas de calotte et sa livrée affiche plutôt une couleur jaune-verdâtre.

De plus, beaucoup d’oiseaux vont changer de couleurs après la saison de la nidification. C’est le cas de notre chardonneret: le mâle et la femelle se métamorphosent et présentent une tenue différente d’octobre à avril. Les deux sexes se ressemblent et arborent des teintes allant de brun à vert, sauf la gorge qui demeure jaune chez le mâle.

On voit donc que les couleurs du plumage fluctuent chez notre chardonneret, mais ses dimensions et sa forme ne se modifient pas, démontrant ainsi l’importance des critères de la taille et de la silhouette.

Chez plusieurs espèces, le mâle et la femelle sont très différents au plan visuel. Par exemple, le mâle du carouge à épaulettes arbore du noir sur l’ensemble du corps, sauf aux ailes qui sont rouges. De son côté, la femelle porte une robe brunâtre marquée de fortes rayures.

Huppe, ailes et autres indices

Au plan corporel, plusieurs aspects peuvent être notés, notamment la forme de la queue, la longueur du cou, la tête coiffée d’une huppe et le type de bec.

Aussi, les ailes sont à considérer. Une buse déploie de larges ailes arrondies alors qu’un faucon agite de courtes ailes pointues.

La façon de voler est aussi une notion précieuse. Un vol en ondulation dénote souvent un pic. Un urubu (vautour) plane une bonne partie de la journée, contrairement à l’épervier qui fait plusieurs battements d’ailes rapides suivis d’un court plané.

L’habitat d’un oiseau est également un critère essentiel. Si on prend notre exemple du carouge à épaulettes, celui-ci fréquente les champs près des marais pour faire son nid. Il ne sera jamais observé en forêt, un type d’endroit qui ne lui convient pas. Si vous observez un oiseau noir dans un boisé touffu, vous pouvez donc exclure le carouge dans votre choix d’identification.

Outre l’habitat, le territoire géographique entre en ligne de compte. Le cardinal rouge vit dans le sud du Québec. Sa présence est rare dans des régions comme l’Abitibi ou la Côte-Nord.

Pour notre plus grande joie, les oiseaux chantent et serinent maintes ballades. Avant même de pouvoir regarder un oiseau, nous aurons souvent un premier contact sonore avec lui.

Ils peuvent cancaner, en parlant du canard, croasser ou criailler en parlant de la corbeille ou du corbeau ou siffler comme le cardinal rouge.

Choix d’un guide d’identification des oiseaux

Plusieurs guides d’identification des oiseaux ont été édités au Québec depuis une vingtaine d’années. La plupart sont des ouvrages sérieux et conviennent à la personne qui débute en ornithologie. Voici trois livres utilisés par bon nombre d’ornithologues.

Les Oiseaux du Québec/Est de l’Amérique Nord, par Roger Tory Peterson, Éd. Broquet, 2009, ISBN 9782890006706, livre et CD (chants et images), 39,95 $.

Guide d’identification des Oiseaux du Québec, par Jean Paquin, Éd. Michel Quintin, 2010, ISBN 9782894354698, 29,95 $.

Le Guide Sibley des oiseaux de l’est de l’Amérique du Nord, par David A. Sibley, adapté par Normand David, Éd. Michel Quintin, 2006, ISBN 2894353138, 34,95 $.

Journaliste indépendant pour divers magazines et autodidacte dans l’apprentissage de l’ornithologie, Bernard Cloutier est vice-président de la Société ornithologique de Lanaudière. Il est aussi conférencier et rédacteur en chef du bulletin L’Oriole, publié par cet organisme. Pour lui écrire: b.clou@hotmail.com.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top