- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Quatre adolescents incendiaires sont arrêtés

Parc Charbonneau à Boisbriand

Un incendie qui s’est déclaré le 16 mars dernier, au parc Charbonneau de Boisbriand, et qui a rapidement été maîtrisé par les pompiers de la Ville a conduit à l’arrestation de quatre jeunes suspects.

La centrale d’appel 9-1-1 avait reçu plusieurs appels de citoyens concernant le brasier qui a été allumé dans la cabane en bois du marqueur officiel du plus petit de deux terrains de baseball (communément appelé ministade), situés à l’ouest de l’aréna de Boisbriand. Les dommages reliés au méfait sont évalués à plusieurs milliers de dollars.

Pompiers et policiers sont intervenus promptement. Une équipe d’enquêteurs a aussitôt été dépêchée sur les lieux du crime.

Après avoir rencontré plusieurs témoins au cours de la soirée, les enquêteurs ont procédé à l’arrestation d’un jeune homme de 17 ans de Boisbriand concernant cet incendie criminel. La suite de l’enquête a permis d’identifier trois autres suspects de Boisbriand, âgés entre 16 et 17 ans. Les quatre suspects arrêtés ont été libérés sous promesse de comparaître avec certaines conditions à respecter. Leur comparution aura lieu sous des accusations d’incendie criminel causant des dommages matériels.
«Il faut saluer la collaboration des citoyens qui a facilité l’intervention rapide des policiers et des enquêteurs et permis de rassurer la population. Et surtout, réjouissons-nous du fait que personne n’a été blessé», a indiqué le sergent Martin Charron, de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville.

D’autres méfaits précédents, de moindre conséquence dans les alentours du parc Charbonneau, avaient incité les policiers et enquêteurs de la Régie de police à une assignation spécifique à cet endroit pour tenter de mettre la main au collet des responsables. Aucune corrélation entre les deux épisodes n’a toutefois encore été vérifiée.
«Ce genre de geste volontaire et inconscient ne fait qu’augmenter le niveau d’insécurité de la population que nous devons rétablir. Heureusement, ce ne sont qu’une minorité de jeunes qui agissent de la sorte. La plupart d’entre eux savent qu’il est dangereux de jouer avec le feu et sont conscients des répercussions d’un tel acte», ajoute Martin Charron.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top