- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Mythe ou réalité?

Émergence de gangs de rue à Sainte-Thérèse

Y a-t-il en ce moment émergence de gangs de rue à Sainte-Thérèse? Non, répond formellement Martin Charron, policier communautaire de la Régie intermunicipale de police Thérèse-De Blainville.

«Ni même dans les autres municipalités – Rosemère, Lorraine et Boisbriand – desservies par la Régie», ajoute-t-il. Tout au plus, la présence de membres de certains gangs de rue est, elle, enregistrée de façon sporadique et occasionnelle dans certains débits de boisson de la région. «Ils viennent parfois pour tâter le terrain», explique-t-il.

Reste que la Régie, de concert avec plusieurs partenaires du milieu, garde l’œil ouvert pour prévenir toute tentative de mise en œuvre reliée à de telles activités. Mais attention, un délinquant n’est pas forcément un membre de gang de rue. «Pour être considéré comme un gang de rue, l’organisation doit avoir un nom, une couleur et un mode de vie», nuance-t-il.

Prévention

Parmi les actions en cours, mentionnons notamment Quiétude, un projet de résolution de problèmes visant la diminution des incivilités et l’augmentation du sentiment de sécurité au village de Sainte-Thérèse, la présence à temps plein d’une ressource de la Régie au sein de l’Escouade régionale mixte Gangs de rue Laval/Rive-Nord ainsi qu’à la Place Rosemère, pour prévenir les rassemblements ainsi que toute tentative de sollicitation.

Bien que favorable à l’idée que les politiciens s’investissent dans l’amélioration de la sécurité publique et du climat social, M. Charron rappelle que les intervenants terrain (les policiers, les travailleurs de rue, les intervenants des maisons de jeunes et les travailleurs sociaux) demeurent les experts en la matière et que c’est à l’unisson que tous ces gens doivent continuellement travailler pour justement prévenir l’émergence d’un tel phénomène.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top