- PUBLICITÉ -
Monique Laurin réitère son souhait de doter le comté de Groulx d’une voix forte

(Photo Michel Chartrand)

Monique Laurin réitère son souhait de doter le comté de Groulx d’une voix forte

Bilan de la campagne électorale

Forte d’un bilan de campagne électorale où les rencontres ont été, de son avis, chaleureuses et parfois même bouleversantes, la candidate libérale dans Groulx, Monique Laurin, réitère son souhait de doter le comté d’une voix forte. «J’ai la prétention de dire que je suis la meilleure candidate pour accéder au poste de député.

À partir du 9 décembre, je veux mettre la préoccupation citoyenne au cœur de mes actions. Pour ce faire, je serai entourée d’une équipe politique solide et de gens compétents», a-t-elle déclaré d’emblée.

Poursuivant, Mme Laurin a fait état de trois constats qui émanent de ces semaines passées à parcourir le comté. D’abord, que les 65 000 personnes qui habitent le comté de Groulx, au-delà des enjeux nationaux, possèdent leurs propres enjeux. «Chaque citoyen a son enjeu à lui, basé sur sa propre histoire de vie», estime-t-elle. Ensuite, que les gens n’attendent pas forcément que les politiciens trouvent eux-mêmes les solutions à leurs problèmes ou leurs préoccupations. «Les gens ne veulent pas de promesses impossibles. Ce qu’ils souhaitent, c’est d’être mis à contribution. Et lorsque des engagements sont pris, ils veulent les voir se réaliser.» Enfin, la candidate croit que c’est au-delà des bannières politiques, et du fait que tous les candidats partagent les mêmes préoccupations régionales, que réside la capacité de réaliser concrètement des avancées.

Bilan de ses réalisations

Se basant alors sur ses réalisations antérieures, Mme Laurin a répété qu’en ce sens, le comté de Groulx avait plus que jamais besoin d’une voix forte à l’Assemblée nationale. «Je suis cette voix», a-t-elle insisté. Rappelons que Mme Laurin a œuvré, au cours des six dernières années, à titre de directrice générale au collège Lionel-Groulx. À ce titre, souligne-t-elle, elle a redressé la situation financière de la formation continue et du Centre de formation des Nouvelles-Technologies. En outre, ajoute-t-elle, depuis son arrivée au collège Lionel-Groulx, l’établissement n’a enregistré aucun déficit et son devis a été bonifié de 1 000 places supplémentaires. «Trois collèges dans tout le Québec ont réussi à obtenir un tel ajout du gouvernement», précise-t-elle. Les travaux d’agrandissement du Collège, prévus débuter en 2009 et à hauteur de 26,8 millions de dollars, la création du Pôle universitaire des Basses-Laurentides et la venue, entre autres, en 2009, des Jeux du Québec – Hiver témoignent, selon elle, de son engagement régional. «Depuis plusieurs années, je travaille avec les acteurs principaux de la région et j’ai été impliquée dans les plus grands dossiers régionaux. Je défie les autres candidats d’en faire autant. Sans compter qu’au cours de ma campagne électorale, j’ai reçu la visite de sept ministres, dont le premier ministre lui-même», a-t-elle terminé.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top