- PUBLICITÉ -
Monique Jérôme-Forget salue sa «future collègue de travail»

(Photo Michel Chartrand)

Monique Jérôme-Forget salue sa «future collègue de travail»

En visite dans le comté de Groulx

De passage à Sainte-Thérèse pour saluer celle qu’elle qualifie déjà de «future collègue à l’Assemblée nationale» (la candidate libérale dans Groulx, Monique Laurin), la ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor, Monique Jérôme-Forget, a rappelé l’importance pour un député d’avoir accès au caucus et au gouvernement. «Le comté de Groulx a besoin d’une voix forte et je crois que cette voix, c’est Monique Laurin», a-t-elle insisté.

Dans un ultime plaidoyer visant à convaincre l’électorat de Groulx de voter en faveur du Parti libéral du Québec, Mme Jérôme-Forget n’aura eu que de bons mots à l’égard du premier ministre actuel, Jean Charest. «Le message du gouvernement de M. Charest est simple: nous avons le meilleur leader, la meilleure équipe et le meilleur plan pour le Québec. Quant à M. Charest lui-même, c’est un premier ministre chevronné, intègre, qui a de l’expérience et qui a déjà livré beaucoup de marchandise», a-t-elle énuméré.

Revenant sur la pertinence de tenir des élections à ce stade-ci, Mme Jérôme-Forget a réitéré le souhait de voir émerger du processus un gouvernement majoritaire. «Après un an et demi à la tête d’un gouvernement minoritaire, il était devenu évident que les deux partis de l’opposition avaient commencé à prendre le contrôle de l’agenda. Ils s’étaient même entendus pour ouvrir la constitution, notamment au niveau de la culture, ce qui, comme vous le savez, est une véritable boîte de Pandore», a-t-elle justifié. D’où la nécessité, selon elle, d’obtenir un mandat fort et sans équivoque de la part des citoyens, ce qui permettrait au gouvernement de placer l’économie en tête des priorités.

Le Québec va bien
«Le Québec va bien», a-t-elle ensuite affirmé, sans toutefois se faire d’illusion sur ce qui s’en vient. «Globalement, nous savons tous que nous allons traverser une tempête. Les États-Unis sont déjà en récession, ce qui se traduira par des pertes d’emplois. Le Québec ne sera pas épargné et nous allons devoir bouger rapidement», prévient-elle. Reste que dès 2010, estime-t-elle, «le pendule reviendra et tous ceux qui ont vu leur REER baisser le verront remonter. Parce que c’est comme ça la bourse. Mais je ne mettrai pas de lunettes roses pour vous dire qu’il ne ventera pas.»

D’un point de vue plus régional, la ministre assure être sensibilisée aux dossiers touchant, entre autres, le collège Lionel-Groulx, l’Hôpital de Saint-Eustache et le prolongement de la 19. «Nous sommes bien au fait de ces dossiers et de toute la question aussi du transport collectif. D’où l’importance d’avoir une députée qui défendra les intérêts du comté de Groulx», a-t-elle soutenu. Ce à quoi la candidate Monique Laurin a ajouté: «Mes engagements à titre de députée sont directement en lien avec le plan proposé par le premier ministre. Le transport collectif, le développement des jeunes et le décrochage scolaire, le développement durable. Sachez que j’ai à cœur toutes ces préoccupations», a-t-elle conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top