- PUBLICITÉ -
Luc Desnoyers représentera encore Rivière-des-Mille-Îles

(Photo Yves Déry)

Luc Desnoyers représentera encore Rivière-des-Mille-Îles

Assemblée générale annuelle d'investiture du Bloc québécois

Le député de Rivière-des-Mille-Îles, Luc Desnoyers, représentera à nouveau la circonscription électorale aux prochaines élections fédérales. Il a été élu sans concurrent, lors de l’assemblée générale annuelle d'investiture du Bloc québécois de Rivière-des-Mille-Îles.

Environ 80 personnes s’étaient déplacées pour l’occasion. Député du Bloc québécois (BQ) depuis octobre 2008, M. Desnoyers convient que sa période de probation n’est pas complétée, ayant été en poste même pas un an encore. Ce n’est donc pas étonnant qu’il ne veuille pas encore laisser sa place. «C’est un défi intéressant en ce qui concerne le dossier du travail notamment. Ça demande beaucoup de consultations», indique le porte-parole du BQ en matière de travail depuis son élection.

Selon lui, la prochaine campagne électorale ne sera pas lancée cet automne, grâce ou à cause de l’appui du Nouveau Parti démocratique. «Le Bloc est prêt depuis longtemps», affirme Luc Desnoyers. Il mentionne toutefois que le parti vote en faveur des actions du gouvernement Harper lorsqu’ils sont dans l’intérêt des Québécois.

Ainsi, le BQ votera contre le projet de loi conservateur sur l’assurance-emploi si aucun changement n’y est apporté. «Il a été conçu en fonction des travailleurs de l’automobile de l’Ontario. Les travailleurs du secteur forestier ne sont pas admissibles», signale-t-il. Effectivement, le projet de loi du gouvernement Harper prévoit accorder des semaines supplémentaires de prestations à certaines catégories de chômeurs, dont les travailleurs forestiers et les travailleurs saisonniers ne font pas partie.
«On veut l’équivalent pour les gens de la foresterie», assure-t-il. Le député affirme travailler pour les gens de sa circonscription de Rivière-des-Mille-Îles. Il indique que certains résidants ont perdu leur emploi et sont sur le point de perdre leur maison. «Il faut lutter pour le développement économique», assure-t-il.

Il a continué à faire avancer certains dossiers comme celui de l’église de Saint-Eustache et du maintien du moratoire sur la fermeture des bureaux de poste ruraux.

Luc Desnoyers siège également au comité des femmes, au comité sur l’antisémitisme et au comité de souveraineté du Québec. «La souveraineté, c’était la condition pour laquelle j’ai accepté d’aller en politique et pour laquelle je continue d’être en politique», a-t-il fait savoir. Il a rappelé que le slogan du parti pour les prochaines élections était Debout pour le Québec. «Quand on est à genoux, on voit moins loin», a-t-il lancé.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top