- PUBLICITÉ -
Linda Lapointe parle famille

(Photo Michel Chartrand)

Linda Lapointe parle famille

Élections provinciales

La candidate adéquiste du comté de Groulx a aussi été porte-parole en matière de famille et des aînés, au cours des 18 derniers mois, et c’est le premier cheval de bataille que Linda Lapointe enfourchait dans cette campagne électorale à saveur économique, avec une proposition complémentaire au «système actuel de garde à l’enfance déficient sur plusieurs points», d’affirmer la mère de quatre enfants.

«Plus de 73 000 enfants sont oubliés par le système de places à contribution réduite», constate la politicienne qui impute la création de ce principe aux péquistes et son maintien en insuffisance par les libéraux. «Que dire aux parents qui ne correspondent pas aux critères des places à 7 $? Nous leur proposons d’être les maîtres d’oeuvre de leur quotidien et d’avoir la liberté de choisir», complète la candidate d’un parti autonomiste sur le plan personnel, comme au chapitre national.

L’adéquiste reprend donc la politique mise de l’avant par son parti lors de la dernière élection, ce qui lui avait permis de rafler l’ensemble de notre région à forte augmentation démographique, soit une allocation hebdomadaire de 100 $ par enfant, laquelle offre est bonifiée d’une subvention directe de 5 000 $ pour le troisième enfant, ainsi que les suivants.

La politicienne justifie cet incitatif à l’enfantement en alléguant qu’une moyenne de deux enfants par famille ne permet que le maintien démographique, mais surtout au fait que les accessoires, voire la maisonnée et la voiture ont besoin d’élargissement à la mesure de la famille.

Les crédits d’impôt complémentaires aussi seront plus accessibles pour des familles «qui n’ont pas toutes la même réalité», de plaider celle qui se présente comme une meilleure candidate, en vertu de l’expérience acquise lors de ce mandat écourté par la volonté de Jean Charest d’obtenir un gouvernement majoritaire.

En ce qui concerne le territoire de Conférence régionale des élus (CRÉ), Linda Lapointe soulignait à gros traits le fait qu’il manque encore 16 000 places en garderies subventionnées et que, dans son comté de Groulx, le ministère de la Famille a accordé seulement six nouvelles places à 7 $ pour les trois prochaines années.
«C’est inacceptable!», s’indigne la politicienne qui sollicite un deuxième mandat à l’Assemblée nationale. «Encore une fois, c’est notre région qui reçoit le moins de services», constate-t-elle en affirmant que c’est l’Action démocratique du Québec qui répond le mieux aux besoins des Québécois.

Il a toutefois été plutôt aléatoire de chiffrer ces promesses à l’échelle nationale, mais on pourrait estimer à plus de 7 000 000 $ par semaine l’aide que son parti compte ainsi offrir aux familles, en supplément au système institutionnel de garderies subventionnées.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top