- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Le NPD attribue son succès à l’écroulement du vote libéral

Alain Giguère élu dans Marc-Aurèle-Fortin

«Je savais que j’allais terminer deuxième comme candidat dans le comté de Marc-Aurèle-Fortin, mais jamais je n’avais pensé finir premier», a lancé le nouveau député du Nouveau parti démocratique (NPD), Alain Giguère, qui avait peine à retenir sa joie à l’issu du scrutin.

Il a fallu attendre très tard dans la nuit du 3 mai pour obtenir la première entrevue du nouveau député du NPD dans Marc-Aurèle-Fortin. Pourquoi? Essentiellement parce que le candidat, jusqu’à la dernière minute, avait peine à croire à cette vague orange qui déferlait sur l’ensemble de la province de Québec.

C’est seulement après l’annonce officielle de sa victoire, sur les ondes de la télévision nationale, qu’Alain Giguère nous a reçus, confortablement assis dans le salon de sa sœur, dans le quartier Auteuil, à Laval. «Je lui disais qu’il était élu et il ne voulait pas y croire», a indiqué la sœur du nouveau député, militante syndicale.

Alain Giguère n’est pas un nouveau venu en politique fédérale. En plus d’avoir été candidat à huit reprises pour le NPD, dont quatre fois dans la région de Laval, le nouveau député de Marc-Aurèle-Fortin a cumulé plusieurs postes militants au sein de sa formation politique. «Je n’avais pas prévu devenir député. Il va falloir que je supplie une de mes collègues avocates pour qu’elle reprenne mes dossiers», ironise-t-il.

Sa victoire dans Marc-Aurèle-Fortin, Alain Giguère estime l’avoir obtenue par la belle campagne de son chef sur le terrain, Jack Layton. La recette: parler avec optimisme de ce que la formation politique pouvait faire pour améliorer le Canada, en démontrant beaucoup de respect envers les autres partis politiques. «On n’a pas fait la même erreur qu’à la dernière campagne électorale et que les autres partis politiques ont faite. Au NPD, on a parlé de ce qu’on voulait faire pour le Canada en termes d’actions et d’engagements, sans jamais accuser les autres partis», résume-t-il.

Selon le nouveau député, le succès du NPD au Québec cache une autre réalité: celle de l’effondrement du vote libéral au Québec et dans les Laurentides. «Une grande partie de mon succès et celui du NPD provient du vote libéral. Les fédéralistes, comme les souverainistes, se sont tournés vers le NPD. Dans quatre ans, on ne parlera plus d’une vague orange. Nous serons les vrais adversaires pour remplacer le gouvernement conservateur», dit-il.

Déjà, le nouveau député dans Marc-Aurèle-Fortin rejette du revers de la main toute éventualité de fusion avec le Parti libéral du Canada afin de former une alliance des forces. «La vague orange ne fait que commencer. Maintenant et dans quatre ans, je ne veux pas entendre parler de fusion avec les libéraux», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top