- PUBLICITÉ -
Claude Surprenant Cvrop

Le député de la circonscription de Groulx, Claude Surprenant.

Le député Surprenant est blâmé pour certaines de ses dépenses

Code d’éthique et déontologie

Exclu, en janvier dernier, du caucus de la Coalition Avenir Québec (CAQ), le temps de faire la lumière sur certaines de ses dépenses comme député de la circonscription de Groulx, Claude Surprenant pourrait maintenant faire l’objet d’une «réprimande» par l’Assemblée nationale, tel que le recommande du moins la Commission à l’éthique et à la déontologie dans un rapport d’enquête rendu public vendredi dernier.

Dans ce rapport de 62 pages, le commissaire ad hoc de cette Commission, Jacques Saint-Laurent, estime que M. Surprenant a permis ou toléré que des employés de son bureau de circonscription exécutent du travail partisan tout en étant rémunérés par les fonds publics, alors qu’il était député de la CAQ. Les faits qui lui sont reprochés ont été commis après les élections générales du 7 avril 2014, et jusqu’à la fin de 2016.

M. Saint-Laurent reproche aussi à M. Surprenant, qui siège maintenant comme député indépendant, à la suite de son exclusion de la CAQ, d’avoir donné de petits contrats à son épouse au lendemain des élections de 2014, et d’avoir autorisé une double rémunération à l’un de ses employés, l’une comme attaché politique et l’autre comme formateur payé par le whip de la CAQ.

Un manque à ses obligations

«M. Surprenant a imprudemment manqué à ses obligations déontologiques et à son devoir de contribuer au maintien de la confiance de la population envers les députés et l’Assemblée nationale» , écrit le commissaire ad hoc de la Commissaire à l’éthique et à la déontologie qui «recommande qu’une réprimande soit imposée au député de Groulx» . Cette réprimande est l’une des sanctions prévues au code d’éthique et de déontologie des membres de l’Assemblée nationale.

Le député Surprenant devait faire une déclaration, ce mardi 5 décembre, en après-midi, à l’Assemblée nationale (voir texte ci-bas), comme le prévoit la procédure dans une telle situation.

Ce n’est que plus tard cette semaine que les députés de l’Assemblée nationale voteront une motion sur le rapport du commissaire, et dont l’adoption aurait pour effet d’imposer officiellement la fameuse réprimande recommandée par la Commission à l’éthique et à la déontologie.

LIRE AUSSI:  De «bonne foi», Claude Surprenant demande à ce que le tir soit corrigé

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top