- PUBLICITÉ -
Le 27 septembre

La députée Laurin Liu en compagnie d’organisateurs de ce Salon de la vie saine et abordable.

Le 27 septembre, à Saint-Eustache: un premier Salon de la vie saine et abordable

La Maison du citoyen de Saint-Eustache sera l’hôte du premier Salon de la vie saine et abordable, qui se tiendra le samedi 27 septembre, de 13 h 30 à 17 h 30, et ses organisateurs croient que cette initiative de la députée Laurin Liu saura apporter de multiples solutions aux citoyens appauvris par le coût élevé de la vie.

La députée néo-démocrate de Rivière-des-Mille-Îles se dit préoccupée par la pauvreté qui s’étend depuis quelques années dans sa circonscription. C’est pourquoi elle a réuni autour d’elle une vingtaine d’organismes communautaires locaux afin de mettre sur pied ce salon où chacun pourra informer les citoyens des ressources existantes et pouvant leur faciliter la vie.

En conférence de presse, Mme Liu affirmait avoir discuté avec ses concitoyens de leurs préoccupations, au cours des derniers mois. «La vie est remplie de défis et plusieurs individus et familles ont besoin d’aide pour les relever, que ce soit sur le plan de la santé ou des finances. À cet égard, les organismes communautaires représentent un atout considérable pour la collectivité», assure‑t‑elle.

Il sera, bien sûr, question d’accès au logement, de l’endettement et des façons d’y remédier. Il y a aussi tous les frais payés par les consommateurs, face auxquels chacun se sent impuissant. Mme Liu rappelle que le Nouveau Parti démocratique (NPD) a justement lancé une campagne nationale de mobilisation et une série d’actions visant à limiter les frais excessifs imposés par les banques, les compagnies pétrolières et les compagnies de cartes de crédit.

Parmi la vingtaine d’organismes présents, les visiteurs pourront, par exemple, en apprendre davantage sur les services offerts par l’Association coopérative d’économie familiale des Basses-Laurentides (ACEF), le Carrefour jeunesse-emploi de la MRC de Deux-Montagnes, le Centre Marie Ève ou encore le Grenier populaire des Basses-Laurentides.

Étant aussi une entreprise d’insertion, cet organisme propose de la formation professionnelle et technique en vue d’apprendre un métier semi-spécialisé et de développer des compétences personnelles dans le cadre du projet Mode d’emploi. Après un parcours de 21 semaines, incluant une série d’ateliers socioprofessionnels, les participants peuvent effectuer une expérience de travail auprès d’employeurs de la région avec encadrement ou mentorat.

Il y a également toute la question du droit à un logement décent. L’Association de promotion et d’éducation en logement(APEL) veut ainsi faire savoir que son équipe peut venir en aide aux locataires dans leurs démarches juridiques. Selon Serge Gilbert, coordonnateur d’APEL, le coût des logements a explosé dans la région au cours des cinq dernières années; un logement de 5 1/2 pièces pouvant facilement atteindre 895 $, excluant la facture de chauffage et d’électricité.

En ce moment, l’organisme doit régler quatre cas de locataires à risque d’itinérance: tous dans la soixantaine. «C’est un territoire qui vieillit, où l’on voit désormais des logements ayant des problèmes d’insalubrité. Il y a de plus en plus de pauvreté et de problèmes divers dans la société», fait‑il remarquer.

La députée Liu et ses partenaires invitent donc la population à se réserver un moment, le samedi 27 septembre, afin de faire le tour des kiosques qui seront aménagés pour l’occasion à la Maison du citoyen de Saint-Eustache, située au 184, rue Saint-Eustache.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top