- PUBLICITÉ -
La visite automnale du bruant à couronne blanche

Outre les cours de maisons garnies de mangeoires

La visite automnale du bruant à couronne blanche

Par un jour d’automne, un joli petit oiseau surgit dans votre cour. Vous observez sa tête coiffée d’une calotte noire séparée de deux traits blancs, son bec rose, sa poitrine grise et sa gorge blanche et vous découvrez avec joie qu’il s’agit du bruant à couronne blanche.

L’oiseau racé fréquente les mangeoires, mais on le voit plus souvent au sol picorant les graines de tournesol et de millet tombées des postes d’alimentation.

En provenance du nord du Québec, le bruant à couronne blanche demeure avec nous de la fin septembre à la mi‑novembre pour ensuite reprendre la route de la migration vers le Sud. Il passera l’hiver dans le sud des États-Unis et au Mexique. Chaque année, quelques braves hivernent dans le sud du Québec.

D’une taille légèrement plus grande que le chardonneret jaune, le bruant à couronne blanche complète son plumage en étalant un dos brun aux fines lignes blanches, une queue brunâtre et des pattes rosâtres.

Parfois, il dresse les plumes de sa tête, formant ainsi une petite huppe qui lui donne un air irrésistible.

Le mâle et la femelle affichent la même tenue alors que le jeune se distingue par sa tête rayée de chamois et de brun-roux. Comme tous les bruants, il dispose d’un bec fort, court et conique, adapté pour le broyage des graines.

Outre les cours de maisons garnies de mangeoires, notre bruant rayonne dans les champs broussailleux et les lisières de boisés. Dans son territoire boréal de nidification, il préfère la toundra forestière peuplée d’épinettes.

Il façonne son nid au moyen de brindilles, de mousse, de lichen et de morceaux d’écorce. On y trouve quatre œufs (en moyenne) couvés par la femelle durant 12 ou 13 jours. Le mâle nourrit sa partenaire pendant cette période. Après la sortie du nid, les deux parents poursuivent leurs soins en alimentant les petits durant quelque 25 jours.

Le bruant à gorge blanche, son cousin, affiche une gorge plus immaculée et des rayures brunes sur une poitrine blanche.

Cet interprète de la ballade Où es-tu, Frédéric, Frédéric, Frédéric! chante peu au moment de la migration, tout comme notre bruant couronné.

Par contre, le bruant à couronne blanche fait résonner son chant agréable au moment de la migration printanière. Son refrain se compose de sifflements et de trilles, une partition d’une durée de trois secondes.

Au printemps, il apparaîtra de nouveau dans le voisinage pour ensuite aller nicher au Nouveau-Québec, en Basse-Côte-Nord et dans le nord de l’Ontario et des provinces de l’Ouest.

Un guide d’identification gratuit sur Internet

À la suite d’un courriel d’un lecteur de Rosemère, j’ai découvert dernièrement un guide d’identification gratuit sur Internet, un site très intéressant se basant sur la couleur des oiseaux.

Intitulé Initiation aux oiseaux par la couleur, le site montrequelque 169 espèces d’oiseaux du Québec. Les images sont réparties selon la couleur ou d’après une liste alphabétique. De plus, en cliquant sur une image, une fiche d’information apparaît à l’écran.

Donald Lapointe, auteur du site et passionné d’ornithologie de la région de Québec, a fait un travail gigantesque en prenant lui-même la plupart des photos, toutes de très bonne qualité.

Il a aussi coordonné une multitude d’informations, composant ainsi un site très instructif pour toute personne intéressée par les oiseaux.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top