- PUBLICITÉ -
Saq

Photo Nicolas T. Parent - Les employés syndiqués de la SAQ en étaient à une deuxième journée de grève consécutive, le lundi 10 septembre. La veille, ils ont organisé une manifestation surprise à la grandeur de la province.

Grève à la SAQ: Les employés syndiqués des Laurentides manifestent à Montréal

À l’occasion d’une deuxième journée de grève consécutive, le lundi 10 septembre, les employés syndiqués de la Société des alcools du Québec (SAQ) de la région des Laurentides sont allés manifester devant le centre de distribution de la SAQ de Montréal afin de protester contre «l’intransigeance de leur employeur à la table des négociations».

«C’est simple, explique la présidente du SEMB–SAQ, Katia Lelièvre. Chaque dollar que l’employeur met sur la table doit être prélevé de nos conditions de travail. En d’autres mots, il faut qu’on autofinance chaque proposition qu’il nous fait».

Aux dires de cette dernière, La SAQ demande plus de concessions dans les conditions de travail des travailleurs que ce qu’elle est prête à mettre sur la table. Elle ajoute également que l’employeur refuse d’accorder la rétroactivité salariale pour les années passées sans convention.

«Non seulement les membres n’améliorent pas leur pouvoir d’achat, mais ils n’obtiennent même pas l’augmentation de l’indice des prix à la consommation (IPC). En plus, ils doivent accepter de renoncer à des aspects importants de leurs conditions de travail qui touchent notamment la conciliation famille-travail-études», souligne pour sa part la présidente de la Fédération des employées et des employés de services publics (FEESP–CSN), Nathalie Arguin.

Deux journées consécutives

Les travailleurs syndiqués de la SAQ ont déjà fait part, à l’avance, de leur intention de débrayer lundi dernier. Il s’agissait donc d’une quatrième journée de grève planifiée, après des débrayages survenus les 17 juillet et 22 août.

La veille, le dimanche 9 septembre, ils ont organisé une manifestation surprise à la grandeur de la Belle Province. Les grévistes tenaient des lignes de piquetages et distribuaient des tracts à la population, comme ce fût le cas par exemple en après-midi, à la succursale de la rue Saint-Charles, à Sainte-Thérèse.

«La SAQ est en très bonne santé financière et engrange des profits faramineux grâce au travail de ses employés, ajoute la présidente du Conseil central des Laurentides, Chantal Maillé. C’est plus de 1 milliard de dollars qui sont remis chaque année par la SAQ au gouvernement. Mais au lieu de travailler à la rétention des employés qu’elle embauche, la SAQ les pousse vers la sortie. Le nombre de personnes qui sont parties cette année est d’ailleurs impressionnant en la matière: depuis le 1er janvier, 524 personnes ont démissionné de la SAQ.»

«Si la SAQ doit aller chercher les mandats nécessaires pour élargir sa marge de manœuvre, qu’elle s’en occupe, a conclu le président de la CSN, Jacques Létourneau. Les travailleurs et travailleuses de la Société des alcools ne peuvent accepter les propositions faites dans le contexte actuel. La CSN va les appuyer sans relâche et les accompagner dans leurs prochains moyens de pression tant qu’une entente satisfaisante n’aura pas été signée.»

Rappelons que cette grève implique les 5 500 salariés des 404 succursales de la SAQ à travers le Québec, membres du Syndicat des employés(es) de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ).

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top