- PUBLICITÉ -
Front commun à Sainte-Anne-des-Plaines

(Photo Michel Chartrand)

Front commun à Sainte-Anne-des-Plaines

Pour la sauvegarde de l’église

«Vous avez devant vous un front commun. Tout est là. Ça part aujourd’hui. Vous avez ça entre les mains», a statué le président du conseil de fabrique et marguillier à la paroisse Sainte-Anne, Patrick Boisvert, au terme d’une assemblée des paroissiens tenue dimanche dernier.

Une assemblée au cours de laquelle il a été largement question de la sauvegarde du bâtiment de l’église et de l’urgence d’agir ensemble. «Depuis la dernière année, nous avons mis sur pied un organisme sans but lucratif, Héritage Anneplainois, dont la mission est la sauvegarde du patrimoine historique de Sainte-Anne-des-Plaines, dont l’église», a-t-il expliqué.

Or, bien que l’idée première, au moment de la création de cet organisme, était de vendre le bâtiment de l’église, les conditions imposées par le Conseil du patrimoine religieux du Québec en ce qui a trait à l’octroi de la subvention ont forcé la révision de la démarche. «La subvention accordée couvre 66 % du montant des travaux. Dans notre cas, avec des travaux de l’ordre de 2,4 millions de dollars, on parle ici d’une subvention de plus de 1,5 million de dollars», a souligné M. Boisvert.

Or, pour être éligible, la demande doit provenir de la paroisse, seule propriétaire du bâtiment de l’église. «Pour arriver à exécuter les travaux, le seul moyen est donc de travailler ensemble», a-t-il soutenu.

Un comité conjoint rassemblant à une même table la paroisse de Sainte-Anne et l’organisme Héritage Anneplainois s’est dès lors profilé. Un protocole d’entente en ce sens entre les deux organismes et s’échelonnant sur une période de cinq ans est actuellement en cours de développement et devrait être signé d’ici la fin de l’année 2010. Le partage des rôles et des responsabilités y sera détaillé. «À notre avis, c’est la seule solution. Depuis un an, une quinzaine de personnes travaillent à développer ce projet. Mais ça demeure fragile et ça ne se fera pas sans l’implication de tout le monde», a-t-il prévenu.

Les priorités de la paroisse

Au-delà de la sauvegarde du bâtiment de son église, la paroisse a également dressé une liste de ses priorités actuelles, lesquelles se résument essentiellement à l’atteinte de ses objectifs financiers.

Au programme, la relance de la dîme (ce samedi, alors que des lettres seront distribuées lors d’un vaste porte-à-porte), l’augmentation des revenus découlant du bazar et de la vente de fromage, la relance du souper-bénéfice, en octobre, sous la gouverne de Serge Juteau, et l’augmentation des activités de l’ouvroir.

Concernant ce dernier point, mentionnons que l’ouvroir fait présentement peau neuve et ajoutera, au cours des prochains mois, une nouvelle corde à son arc en vendant des articles religieux ainsi que de la littérature liturgique. Grâce à cela, on espère enregistrer des revenus de l’ordre de 100 000 $, et ce, dès la première année, comparativement à 34 000 $ l’an dernier. Déjà, selon M. Boisvert, les résultats des mois de juin, juillet et août augurent bien pour la suite des choses.

Enfin, un plan de développement de la paroisse et un plan de travail du conseil de fabrique seront aussi établis afin d’assurer la relève et augmenter la visibilité des actions à venir.

Rappelons qu’une première activité de financement se déroulera ce dimanche, alors que Gregory Charles et le Collège vocal de Laval se produiront en spectacle, en l’église même de Sainte-Anne-des-Plaines. Des billets sont encore disponibles auprès d’Yvon Charbonneau, au 450-478-0210.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top