- PUBLICITÉ -
Elle détient la valise du présumé assassin

Photo Michel Chartrand Le journal a eu accès à la valise du présumé meurtrier Selehe Rashid Ottman. Pour des questions légales, nous ne publierons aucun détail de son contenu.

Elle détient la valise du présumé assassin

Alors que l’équipe du journal rencontrait Marinella De Oliveira, la mère de la jeune fille présumément assassinée par Selehe Rashid Ottman, un ressortissant tanzanien de 31 ans, elle apprenait que cette dernière détenait une valise appartenant à l’homme.

(LE VIDÉO DE L’ENTREVUE DISPONIBLE LE MERCREDI 27 AVRIL)

«Il est hors de question que je donne la valise à la police», soutient-elle fermement. «Le SPVM m’a donné l’autorisation d’aller chercher les effets personnels de ma fille, son manteau, ses bottes et sa valise. Lorsque je suis venue sur place, j’ai pris la valise. Une fois arrivée à la maison, ce n’était pas la valise de ma fille, mais celle du meurtrier (NDLR: même si Selehe Rashid Ottman n’a pas été reconnu coupable, Mme De Oliveira soutient qu’il est l’assassin de sa fille Elena) que j’avais en main. On doit connaître le passé des gens.»

La mallette en question contient des effets personnels de Selehe Rashid Ottman. Il nous est impossible, pour des raisons légales, de publier ce que nous y avons lu ou vu.

Du côté du SPVM, section des crimes majeurs, on est au courant que Marinella De Oliveira est en possession de la valise du présumé meurtrier. Ne sachant pas ce que le bagage contient comme renseignements, on ne sait pas non plus ce que l’on cherche véritablement. De plus, on ignore si cette malle pourrait faire avancer l’enquête.

Par ailleurs, la famille de l’accusé pourrait réclamer les biens de Selehe Rashid Ottman et accuser Marinella De Oliveira de vol. Voilà une impasse à laquelle tout le monde est confronté dans cette affaire.

Soulignons finalement que les raisons qui poussent Marinella De Oliveira à garder la valise sont d’ordre personnel et, afin de ne pas lancer de controverse, il a été convenu de ne pas en mentionner les motifs.

À LIRE AUSSI: LA PEINE CAPITALE POUR LE PRÉSUMÉ MEURTRIER DE SA FILLE

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top