- PUBLICITÉ -
Martin Drapeau

On aperçoit ici Martin Drapeau, chef de l'Action citoyenne de Boisbriand, en 2013.

Élections à Boisbriand: Martin Drapeau sera candidat

Dans un communiqué de presse intitulé Une implication sous le signe de la vigilance qu’il a acheminé cette semaine au NORD INFO, Martin Drapeau, chef de l’Action citoyenne de Boisbriand, a confirmé qu’il sera candidat lors des élections municipales de novembre prochain. Bien qu’il compte aborder plusieurs dossiers en campagne électorale, la lutte à la congestion routière demeurera sa priorité.

«Les citoyennes et citoyens de Boisbriand devant aller travailler sur l’île de Montréal ou à Laval doivent faire face à une congestion routière grandissante. Nous croyons que la seule façon de s’attaquer à cette problématique est via le transport en commun», soutient M. Drapeau.

Celui-ci reproche notamment à l’administration actuelle d’avoir «peu fait» au cours de son mandat pour régler cette situation.

«Aucun leadership [n’a été exercé] pour la desserte de train de banlieue via le Faubourg Boisbriand ou pour une voie supplémentaire sur l’autoroute 15 dédiée au transport collectif», insiste le chef de l’Action citoyenne de Boisbriand.

Logements sociaux, dette, incendie

D’autres dossiers préoccupent également M. Drapeau. Parmi ceux-ci, notons le manque de logements sociaux à Boisbriand et le taux d’endettement de la Ville qui demeure, à quelque 107 millions de dollars, plus élevé que la moyenne des villes québécoises de population comparable, selon les données publiées le 25 octobre dernier par le ministère des Affaires municipales. Le chef de l’ACB reconnaît toutefois qu’«un effort dans la réduction de l’endettement de notre ville» a été réalisé. Le taux d’endettement est en effet passé de 4,90 % à 3,09 % depuis 2009, soit une diminution de 1,81 %.

«Les contribuables sont certes heureux de constater une baisse de leur compte de taxes (1,6 % pour la résidence unifamiliale moyenne et environ 3,7 % pour les commerces et industries). Par contre, dans son budget 2017, le conseil prévoit une hausse des dépenses de 3,1 % pour notre ville. Pour nous, il s’agit d’un bonbon électoral de l’administration Cordato et la réalité budgétaire finira par rattraper les contribuables», craint le chef de l’Action citoyenne de Boisbriand.

Martin Drapeau aurait en effet préféré voir l’administration en place miser sur des ententes intermunicipales, dans le cas de la relocalisation de la caserne du Service de sécurité incendie, notamment. Il a d’ailleurs rappelé que l’administration Cordato a déjà procédé à l’achat d’un terrain pour construire une nouvelle caserne, terrain qui lui a coûté quelque deux millions de dollars.

«Avec le coût de construction du bâtiment, affirme-t-il, le projet se chiffrerait à un total d’environ 10 millions de dollars.»

Maintenir une concurrence politique

En visitant le site d’Élections Québec, on constate que seuls deux partis politiques sont autorisés à Boisbriand, celui qui est actuellement au pouvoir, de même que l’Action citoyenne de Boisbriand, fondé en 2013 par Martin Drapeau.

«Serait-il imaginable de n’avoir aucun parti d’opposition à Québec ou Ottawa? Les membres de notre parti et moi ne pouvons non plus concevoir cela pour Boisbriand», dit-il pour expliquer son choix de demeurer dans l’arène politique.

Advenant son élection en novembre prochain, M. Drapeau étudiera par ailleurs la possibilité de créer un poste d’inspecteur général, pour la MRC de Thérèse-De Blainville ou pour la Ville de Boisbriand, afin, dit-il, d’éviter que ne se produisent à nouveau «les problèmes de corruption et collusion que nous avons connus au sein de nos conseils municipaux de 2000 à 2009».

«Les villes de la région seront confrontées à plusieurs défis dans les prochaines années: elles seront peut-être sollicitées dans le financement du transport en commun régional, la construction d’infrastructures supplémentaires pour la gestion des matières résiduelles, de logement social, pour l’adaptation aux changements climatiques, etc. Seules les villes qui sauront conserver une situation financière saine et une administration efficace pourront relever positivement ces défis en attirant ou conservant les gens et les entreprises. Nous ne sommes plus à l’époque des petits rois qui veulent s’ériger des monuments à leur gloire!» de conclure Martin Drapeau, en invitant au passage les citoyens à joindre son parti.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top