- PUBLICITÉ -
Cruelle déception pour Diane Bourgeois

(Photo Michel Chartrand) Une page s'est tournée pour le Bloc québécois et Diane Bourgeois.

Cruelle déception pour Diane Bourgeois

Terrebonne-Blainville

Le moral était au plus bas, lundi soir, au local électoral de Diane Bourgeois, députée bloquiste sortante dans Terrebonne-Blainville.

Alors que les résultats défilaient sur le petit écran, implacables, à peine une quinzaine de personnes demeuraient. Parmi elles, un partisan a lancé que non seulement Stephen Harper a-t-il obtenu une majorité, mais il aura réussi à briser le Québec en lui imposant un parti fédéraliste comme opposition.

Alors que les résultats non-officiels prédisaient déjà la défaite de Mme Bourgeois au profit de la néo-démocrate, Charmaine Borg, la députée sortante n’a pu s’empêcher de s’accrocher encore un peu. «Est-ce que j’ai vraiment perdu? Ce n’est pas encore officiel», a-t-elle répété à quelques reprises, visiblement sous le choc de cette défaite sans équivoque.

Puis, résignée, Mme Bourgeois a finalement dit accepter le verdict des électeurs, sans toutefois le comprendre. «Je ne comprends pas. D’autant que celle qui a gagné n’a pas fait de campagne et n’avait même pas de pancarte. C’est une illustre inconnue. J’accepte le verdict, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que le Québec s’est tiré dans le pied», a-t-elle déclaré.

Déception et réflexion

Une défaite d’autant  plus difficile à digérer que, selon elle, seul le Bloc québécois comptait à son bord des gens suffisamment expérimentés et habilités à représenter les Québécois avec classe et honnêteté. «Mais tout ça est encore trop frais. Je dois me refaire une tête pour mieux comprendre ce qui vient de se passer. Je crois que tous nous devrons faire une analyse de ce qui s’est passé. Comme peuple et comme nation», a ajouté celle qui a été élue dans Terrebonne-Blainville pour la première fois, en 2000, avant d’être réélue en 2004, 2006 et 2008. «J’ai donné dix ans de ma vie à ma circonscription et je veux en profiter pour remercier mon équipe qui a travaillé très fort et la population pour m’avoir suivi durant toutes ces années», a-t-elle soufflé.

Refusant de commenter la défaite de son chef, Gilles Duceppe, Mme Bourgeois a cependant assuré partir la tête haute. «Bientôt, on se rencontrera de nouveau et on regardera ensemble la situation. Mais plus tard. Parce que ce soir, ce n’est pas possible», a-t-elle répété.

Questionnée sur son avenir politique, elle a de nouveau décliné, n’ayant aucune idée pour le moment de la suite des choses. «Peut-être que je joindrai le NPD?», a-t-elle lancé à la blague, avant de se reprendre rapidement, «Jamais une souverainiste qui a compris pourquoi elle est souverainiste ne changera de parti. Jamais je ne serai fédéraliste».

Finalement, celle qui aura mené sa campagne avec pour leitmotiv de bloquer Stephen Harper dans sa quête d’une majorité n’a eu d’autre choix que de se rendre à l’évidence: un gouvernement conservateur majoritaire venait d’être élu. «Ce sera aux gens de voir comment ils vivront avec un tel gouvernement. Pour le moment, je me retire dans mes terres… pour quelques jours».

Rappelons que Diane Bourgeois a fini deuxième dans la circonscription Terrebonne-Blainville avec 30,83 % des suffrages, derrière la néo-démocratique Charmaine Borg (49,37 %).

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top