- PUBLICITÉ -
Coupe d’arbres massive à Boisbriand

(Photo Yves Déry)

Coupe d’arbres massive à Boisbriand

Sur un terrain de la Société de gestion Mathers

Les résidants du chemin de la Rivière-Cachée, à la frontière des villes de Boisbriand et de Saint-Eustache, ont eu toute une surprise au début de la semaine du 17 janvier. En retournant à la maison, en fin d’après-midi, ils ont découvert que l’ensemble des arbres situés à l’arrière de leurs propriétés avait été abattu.

«Les citoyens ont été très surpris par cette coupe massive. Les arbres permettaient un degré d’isolement et d’intimité pour les résidants», de mentionner Mario Lavallée, conseiller du district Desjardins.

Le terrain où s’est produite cette coupe à blanc appartient à la Société de gestion Mathers inc. Il est situé à la frontière de la Ville de Saint-Eustache, voisin d’un centre de recyclage de pièces d’automobiles. Le propriétaire de ce commerce, pour décourager d’éventuels voleurs, illumine son espace à l’aide de lumières de forte intensité. «Les citoyens se retrouvent donc avec une cour arrière entièrement illuminée, le soir. Ils viennent de perdre une partie de leur tranquillité», indique le conseiller du district.

«Les citoyens m’ont téléphoné rapidement pour m’informer de la situation. C’est malheureux, mais il semble que le propriétaire du terrain ait le droit de couper les arbres qui se trouvent sur son terrain, car l’espace profite d’un zonage agricole», explique le conseiller.

Selon la réglementation de la Ville de Boisbriand, aucun article ne stipule qu’un propriétaire de terre agricole soit tenu d’informer ou de demander un permis à la Ville pour couper les arbres sur son terrain. «La Ville n’a pas de juridiction sur un terrain qui possède un zonage agricole», confie le maire suppléant, Denis Hébert.

En effet, les règlements de la Ville indiquent qu’un citoyen doit demander un permis pour une coupe d’arbres en zone résidentielle seulement. «Une demande de vérification sera acheminée à la Commission de protection du territoire agricole du Québec à cet effet», précise le maire suppléant. Notons qu’actuellement, aucun projet de développement n’a été déposé au niveau de la Ville de Boisbriand sur le terrain qui a subi la coupe à blanc.

1 000 érables à replanter

Par ailleurs, le jeudi 27 janvier, la Commission de protection du territoire agricole du Québec a rendu son verdict dans un autre dossier de coupe illégale sur un terrain de 2,23 hectares, sur la rue Dubois, au nord de l’autoroute 640, appartenant également à la Société de gestion Mathers. «La plainte a été formulée en 2007. Une première décision avait été rendue par la Commission en 2009. Elle a été par la suite contestée par le propriétaire du terrain», explique Marlène Thiboutot, conseillère à la Commission.

Le verdict indique que la Société de gestion Mathers a jusqu’au 30 septembre 2011 pour replanter 1 000 érables. Des suivis seront effectués par des enquêteurs de la Commission.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top