- PUBLICITÉ -
Caroline Provost nommée au poste de directrice

(Photo Yves Déry)

Caroline Provost nommée au poste de directrice

Centre de recherche agroalimentaire de Mirabel

C’est en grande pompe que le président du Centre de recherche agroalimentaire de Mirabel (CRAM), Denis Lauzon, a annoncé la nomination de Caroline Provost au poste de directrice du Centre. «Un centre de recherche sérieux se doit d’avoir dans ses rangs une ressource scientifique chevronnée pour assurer la qualité et la crédibilité des travaux de recherche qu’il réalise», a-t-il déclaré.

Forte de sa formation postdoctorale en entomologie et de son doctorat en biologie, Caroline Provost a vu sa candidature retenue parmi les 18 reçues. Elle assure ainsi la succession de Bruno Fréchette qui a choisi de retourner à l’enseignement. «Mme Provost est une personne d’expérience et dynamique, qui a le profil que nous recherchions», a fait valoir M. Lauzon.

De fait, Mme Provost a travaillé au cours des dernières années pour l’entreprise Biotepp, située sur la rive nord de Montréal, où elle a occupé le poste de directrice de la recherche et du développement. Auparavant, elle a séjourné un an à l’Université du Vermont comme assistante de recherche et quatre ans à l’Université du Québec à Montréal à titre d’auxiliaire d’enseignement. Elle a aussi acquis une expérience en tant que contrôleur d’atelier chez Bell Helicopter Textron, à Mirabel, durant ses années d’études universitaires.

En poste depuis le 30 août dernier, Mme Provost a reçu le mandat d’assurer le bon fonctionnement du Centre et son développement, de voir au bon déroulement des projets de recherche du point de vue scientifique et administratif et d’assurer la production et la mise en place de nouveaux projets, tout en développant le réseau de partenaires du Centre. «Elle sera aussi le lien entre les opérations du Centre et le conseil d’administration», a ajouté M. Lauzon.

Les projets en cours et à venir

Créé en 1995, le CRAM vise à offrir, à l’ensemble de la communauté agricole de la région, des services de recherche et de diffusion de nouvelles technologies pour favoriser le développement et la compétitivité des entreprises agricoles sur les marchés locaux, nationaux et internationaux. Essentiellement, le CRAM effectue de la veille technologique et réalise des projets de recherche et de transfert technologique répondant aux problématiques régionales.

Parmi les projets actuellement menés par le CRAM, plusieurs sont réalisés à l’Abbaye d’Oka, dont l’évaluation des caractéristiques techniques et des qualités vinicoles des cépages prometteurs de la vigne au Québec, le contrôle des maladies bactériennes des tomates des champs, l’évaluation du biopesticide Bti contre la mouche du chou, le guide d’identification des cépages cultivés en climat froid et, enfin, l’effet de trois systèmes de conduite sur le rendement, la maturité, le gel printanier et hivernal et les maladies fongiques de quatre cépages rustiques.

Un autre projet, réalisé cette fois dans la région de Saint-Joseph-du-Lac et Oka, consiste à identifier les sources régionales d’infestation des lépidoptères internes de la pomme. Plusieurs collaborations du CRAM avec d’autres centres ou universités sont également en cours.

«De nouvelles ententes avec nos partenaires financiers et scientifiques sont actuellement en discussion et elles vous seront dévoilées au cours des prochains mois», a terminé M. Lauzon.

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top