- PUBLICITÉ -
Boisbriand réitère son opposition

(Photo Michel Chartrand)

Boisbriand réitère son opposition

Projet d’annexion d’une partie du territoire boisbriannais à Saint-Eustache

Le conseil municipal de Boisbriand, avec à sa tête la mairesse Sylvie Saint-Jean, a adopté, mardi dernier une résolution d’opposition formelle au projet d’annexion déposé par la Ville de Saint-Eustache pour une partie de son territoire située au sud de l’autoroute 640 et à l’ouest de l’autoroute 13. Elle demande à Saint-Eustache de «renoncer immédiatement à son projet d’annexion et de procéder sans délai à l’abrogation du règlement qu’il a décrété.»

Boisbriand répond ainsi à l’adoption, par Saint-Eustache, du règlement numéro 1740 intitulé Règlement décrétant l’annexion d’une partie du territoire de la Ville de Boisbriand, le 16 octobre dernier. «Depuis 1985, la Ville de Saint-Eustache veut s’emparer de cette partie stratégique de notre territoire pour y implanter des commerces et favoriser l’agrandissement de la Carrière Saint-Eustache. Mes prédécesseurs ont toujours refusé de négocier quelque cession que ce soit. Le conseil municipal de Boisbriand a déjà adopté des résolutions d’opposition, en 2002 et en 2005, et il réitérera sa position historique ce soir, a déclaré Mme Saint-Jean. C’est la première fois que le conseil municipal de Saint-Eustache adopte un règlement décrétant l’annexion d’une partie de notre territoire. C’est une démarche irrespectueuse de leur part, car ils savent que nous y sommes opposés. Je leur demande comment ils réagiraient si, à notre tour, nous adoptions un règlement pour annexer le territoire eustachois situé au sud de la 640 et à l’ouest de la 13, jusqu’à la 25e avenue.»

Dans la résolution d’opposition qu’elle a lue au conseil municipal de Boisbriand, mardi dernier, Sylvie Saint-Jean affirme que chaque fois qu’un projet d’annexion portant sur ce territoire a ressorti, c’était à l’initiative du conseiller Raymond Tessier. Saint-Eustache affirme pour sa part que ce sont les citoyens qui ont eux-mêmes amorcé les démarches, à tous les coups. Le conseil estime aussi que rien ne justifie une telle perte de territoire pour la Ville de Boisbriand. «Nous avons toujours offert notre collaboration pour corriger la situation des lots des secteurs des 64e et 65e Avenues qui se trouvent à la fois dans les deux municipalités, ainsi que pour embellir l’aménagement de son entrée de ville dans le secteur est, et ainsi régler ce dossier pour que ces lots soient intégrés à une seule municipalité, poursuit la mairesse. Or, ce règlement d’annexion vise plutôt l’appropriation d’un potentiel de développement économique. Aussi, il faut savoir qu’une partie du territoire visé se situe dans la plaine inondable 0-20 ans. Comme je l’ai toujours fait dans le passé, je défendrai avec énergie l’intégrité de notre territoire.»

Le conseil municipal de Boisbriand a fait transmettre une copie de cette résolution à la ministre des Affaires municipales et des Régions. Il souhaite «qu’une demande formelle soit faite pour qu’elle avise promptement par écrit la Ville de Saint-Eustache du fait qu’elle n’approuvera pas le Règlement d’annexion numéro 1740 conformément à l’article 160.1 de la Loi sur l’organisation territoriale municipale». Les députées de Groulx, Linda Lapointe, et de Deux-Montagnes, Lucie Leblanc, ont aussi été saisies du dossier.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top