- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Blainville suspend le contrat de Tapage Communication

La Ville de Blainville s’est de nouveau retrouvée sur la sellette, le mercredi 22 mai, alors que l’ingénieur retraité Roger Desbois a admis, devant la Commission Charbonneau, avoir contribué au financement de l’élection de François Cantin, en 2009. «À travers Dominic Cayer, on était impliqué dans l’élection de Blainville», ont été ses mots exacts.

Ancien conseiller municipal, de 2001 à 2005, M. Cayer est par la suite demeuré impliqué auprès du maire François Cantin et de son parti, le Vrai Blainville. Il est aussi devenu un homme d’affaires prospère, notamment grâce à ses entreprises Groupe Domco et Tapage Communication, toutes deux sises à Blainville.

Or, selon le témoignage de M. Desbois, au moment de l’élection de 2009, une somme de 12 000 $ en argent comptant a été remise à Dominic Cayer. «Le premier 10 000 $, c’était pour l’élection de Blainville. M. Cayer s’occupait d’autres municipalités : pour des travaux potentiels en arpentage dans la Ville d’Oka, je lui avais remis 2 000 $», a-t-il déclaré. Il a aussi ajouté que cet argent provenait de sa «caisse personnelle», dans l’espoir que sa firme, Tecsult (aujourd’hui Aecom) obtienne des contrats à Blainville.

Rencontré le jour même de cette déclaration, François Cantin a réagi promptement, d’abord en affirmant n’avoir jamais été impliqué dans ce type de transaction, ni même d’en avoir eu vent, ensuite en suspendant le contrat qui lie la Ville de Blainville à la firme Tapage Communication de Dominic Cayer depuis de nombreuses années.

«M. Cayer a deux contrats importants avec la Ville, soit l’impression du Blainville en couleur et celui des communications stratégiques avec le cabinet du maire et la direction générale», a indiqué le maire. C’est ce dernier contrat qui est suspendu.

«On veut attendre la réaction officielle de Dominic Cayer», a-t-il lâché. Mentionnons que ce contrat de services de consultation en communication est renouvelé sur une base annuelle au coût de quelque 200 000 $. M. Cantin a aussi assuré ne plus être en contact avec Dominic Cayer autrement que par ces deux contrats.

À savoir si M. Cantin connait M. Desbois, le maire a répondu l’avoir rencontré à deux reprises seulement, lors d’un tournoi de golf et lors du 40e anniversaire de la Ville de Blainville. «Et il ne m’a jamais rien demandé. De toute façon, en tant que maire, je ne rencontre jamais les promoteurs, ni les entrepreneurs. On a des gens qui le font à la municipalité, mais pas le maire. Les règles sont claires à Blainville», a-t-il conclu, visiblement ébranlé.

Sainte-Thérèse et Lorraine

Par ailleurs, dans la foulée du témoignage de M. Desbois, les Villes de Sainte-Thérèse et Lorraine ont également été éclaboussées.

M. Desbois a, de fait, affirmé avoir contribué à la campagne de Sylvie Surprenant, élue mairesse de Sainte-Thérèse, en 2005 et en 2009, à hauteur de 10 000 $ au total. Il affirme avoir remis, en 2005, une somme de 5 000 $ à Jean-Guy Chartrand («C’était la personne qui s’occupait du financement pour elle», a-t-il déclaré) et une seconde somme de 5 000 $, en 2009, à un dénommé Desjardins, également de l’équipe Surprenant.

Quant à la Ville de Lorraine, M. Desbois a affirmé avoir été actif au niveau du financement du parti de l’ancien maire, Boniface Dalle-Vedove, d’abord en 2005, à hauteur de 10 000 $, en argent comptant, sur demande de Mario  Proulx («Le collecteur pour ce parti-là», a-t-il précisé), et de nouveau en 2009, à hauteur de 12 000 $, à la demande cette fois du maire. Cette somme aurait toutefois été remise à Mario Proulx. L’élection de 2009 à Lorraine a été remportée par Ramez Ayoub, le maire actuel.

Enfin, M. Desbois a affirmé n’avoir jamais reçu aucune demande de financement de la Ville de Bois-des-Filion. «C’était le choix de Paul Larocque, le maire», a-t-il soutenu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top