Maxime Knitel double champion québécois

Marco
Marco Brunelle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Motocross

Deux ans après avoir été victime d’un accident qui a bien failli mettre un terme à sa carrière prématurément, le Blainvillois Maxime Knitel a été sacré champion québécois des catégories 250 cc et 450 cc en Inter.

En 450 cc, Knitel a été des plus dominants en terminant avec un total de 315 poins. Son plus proche poursuivant, Yorick Latulippe, de Point-Rouge, a conclu la saison avec 199 points. En huit courses, l’athlète de Blainville a terminé sept fois sur le podium.

En 250 cc, la compétition a été plus féroce pour le jeune homme de 19 ans. Il a fini la saison avec une récolte de 250 points, grâce entre autres à trois victoires en huit courses.  Il a ainsi devancé Michael Dasilva, de Saint-Jean-sur-Richelieu, par 38 points.

Ces résultats font en sorte que Knitel se doit de graduer chez les pros, catégorie avec laquelle il a fraternisé, le week-end dernier au Stade olympique, pour le supercross.

«Le supercross est complètement différent du motocross. On n’aime pas vraiment ce genre de compétition, mais c’est bon pour la visibilité, a indiqué Knitel. Au supercross, les sauts sont surtout en hauteur. Il y a donc plus de risque de blessure, tandis qu’en motocross, on va plus vite, mais les sauts sont plus en longueur et on n’a plus de marge de manoeuvre pour atterrir.»

Maintenant qu’il est chez les pros, il ne s’attend pas à de grands résultats pour la saison prochaine, mais il espère faire preuve de constance afin d’attirer l’oeil des différentes équipes pour être repêché. «Nous n’avons pas les mêmes ressources que ceux qui font partie d’une équipe. C’est pourquoi, j’espère être recruté.»

C’est déjà bien parti puisqu’il est dans la mire de l’équipe nationale. Il quittera le Québec pour la Georgie, aux États-Unis, le 15 février, pour aller s’entraîner sur l’une des plus belles pistes au monde.

Une histoire de famille

Maxime est tombé tout jeune dans le monde du motocross. À 6 ans, son père Klaus l’a assis sur un petit motocross et il en n’est presque jamais descendu.

Klaus était l’un des meilleurs au Québec sur circuit routier, tandis que le grand-père de Maxime, Erich JM,  était champion d’Autriche, en Enduro.

Une grosse frousse

Il y a deux ans, Maxime dominait le classement, à l’aube des Championnats canadiens, et il était sur le point de passer chez les pros quand il a été victime d’un accident pendant une course. Il a chuté et son coude gauche a donné violement contre une grosse roche. Résultat : une fracture ouverte. Comme si ce n’était pas assez, son coude s’est égrainé. Il a dû subir deux opérations pour reconstruire son coude à l’aide d’une plaque de 14 centimètres et de 16 vis.

«Je ne voulais plus rien savoir du motocross. J’étais prêt à tout vendre, mais petit à petit, à force de me tenir sur le bord des pistes à coacher des plus jeunes, j’y ai repris goût. J’ai commencé à me promener en scooter et, dès que j’ai pu mettre les deux mains sur les poignées, j’ai commencé à faire des petits sauts.»

Un an plus tard, pressé de renouer avec la compétition, il a été victime d’une commotion dès le début de la saison. «J’ai été arrêté trois semaines. J’ai repris la compétition, mais je n’étais pas au sommet de ma forme. Mais je me suis concentré sur l’entraînement pour être prêt pour l’année 2012.»

Lieux géographiques: Blainville, Saint-Jean-sur-Richelieu, Québec Georgie États-Unis Autriche Enduro

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • SAADE ANTOINE
    10 octobre 2012 - 17:42

    Bonjour M. Knitel, Lâche pas, champion, et félicitations de tout bon cœur pour tes merveilleux résultats. Je te souhaite aussi le meilleur avec les pros. Moi je connais ton père, qui est sûrement ton exemple numéro 1: un travailleur qui a de grands succès dans le monde du sport et des affaires. Nous sommes tous fier de toi et de ton succès, et on espère aussi que tu seras le champion canadien, puis nord-américain et, pourquoi pas, du monde. Que Dieu soit avec toi.