Laurie-Ann Ipperciel représentera le Canada

Marco
Marco Brunelle
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Ringuette

En janvier, la Blainvilloise Laurie-Ann Ipperciel chaussait les patins pour la première fois en un an et, cinq mois plus tard, elle dénichait un poste au sein des deux équipes canadiennes qui représenteront le pays lors des Championnats du monde de ringuette.

Ces Championnats seront présentés du 26 décembre 2012 au 2 janvier 2013 à London, en Ontario. On devrait y retrouver, outre les deux équipes canadiennes, des formations de la Finlande, des États-Unis, de la Suisse, de la Slovaquie et de l’Allemagne.

Cette sélection, elle la doit à sa performance lors du récent camp de sélection qui se déroulait en Ontario, alors que les 58 meilleures joueuses de moins de 19 ans au pays étaient réunies.

De bons Championnats provinciaux

Pour obtenir son invitation au camp de sélection, la Blainvilloise s’est fait remarquer lors des Championnats provinciaux où l’équipe des Laurentides s’est inclinée en demi-finale.

«En arrivant aux Championnats, on nous demandait de remplir des papiers si on avait le désir de faire partie de l’aventure de l’équipe nationale. C’est devenu un objectif même si je n’avais pas joué depuis un an», a lancé Laurie-Ann Ipperciel.

C’est que l’athlète de 17 ans s’est déchiré le quadriceps et elle a dû passer sous le bistouri et suivre tous les traitements de physiothérapie pour renouer avec la compétition.

«Je ne croyais pas vraiment en mes chances puisque je n’avais disputé que quelques matchs, mais comme c’est une aventure que je voulais vivre, je me suis inscrite.»

En août, elle retrouvera les 40 meilleures joueuses au pays afin de prendre part au camp d’entraînement des deux formations.

La ringuette une véritable passion

Ces premiers coups de patins, c’est en patinage artistique qu’elle les a donnés. «On demeurait à Gatineau et mes parents voulaient que j’apprenne à patiner, ils m’ont donc inscrite en patinage artistique. Après les entraînements, je voyais des filles jouer à la ringuette et j’ai dit à mes parents que je voulais jouer à ça.»

À six ans, elle a entrepris sa carrière de joueuse de ringuette. Trois ans plus tard, elle déménageait à Blainville et depuis, elle a représenté l’Association de ringuette de Blainville puis celle des Laurentides.

Laurie-Ann a également essayé le hockey, mais elle a préféré demeurer à la ringuette. «Je trouve que c’est un sport beaucoup plus rapide, a-t-elle mentionné. Au hockey, c’est plus simple d’enlever la rondelle, alors qu’à la ringuett,e l’anneau tu l’as avec toi ; c’est avec la rapidité que tu peux déjouer l’adversaire.»

L’hiver, si elle ne se retrouve pas sur le banc d’écolem où elle étudie présentement en Science de la naturem au Collège Lionel-Groulx, elle qui espère devenir avocate ou médecin, elle est assurément dans un aréna.

Si ce n’est pas pour jouer ou pour s’entraîner, elle enfile le chandail rayé pour officier des matchs ou elle donne un coup de main aux entraîneurs pour aider au développement des plus jeunes joueuses.

Organisations: Collège Lionel-Groulx

Lieux géographiques: Ontario, Laurentides, Canada London Finlande États-Unis Suisse Slovaquie Allemagne Blainville Gatineau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Lise Chartrand
    04 juin 2012 - 09:22

    Félicitations, Laurie-Ann! Cette passion pour le sport est spectaculaire! Continue ton rêve! Bonne chance!