Un soutien particulier aux parents de nouveau-nés décédés

Caroline
Caroline d'Astous
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

CSSS Saint-Jérôme

Un nouveau service vient de voir le jour au Centre de santé et de services sociaux de Saint-Jérôme (CSSS). En grande première au Québec, l’institution a décidé de solliciter différents partenaires communautaires, d’affaires ainsi que des organismes du milieu pour créer un lieu de deuil pour les parents et familles de nouveau-nés décédés.

(Photo Michel Chartrand) Le CSSS de Saint-Jérôme offre désormais un lieu pour enterrer les cendres des nouveaux-nés décédés. Une façon d’aider les familles à faire leur deuil.

Ainsi, un espace a été aménagé au cimetière de Saint-Jérôme pour accueillir les nouveau-nés décédés en période périnatale, soit durant la grossesse ou peu après la naissance. L’endroit a été inauguré en présence de nombreux partenaires au projet, le 26 mai dernier.

Pourquoi un tel lieu? Selon le CSSS de Saint-Jérôme, l’étape de recueillement au cimetière vient reconnaître et souligner l’importance et le respect du corps de ces bébés qui ont eu un soupir de vie et permettra aux parents de bénéficier d’un lieu pour se recueillir et vivre leur deuil. Sur le site, les parents pourront déposer les cendres de leur progéniture, ou encore mettre le corps en terre.

Selon certaines études, il semble qu’il est d’intérêt de porter une telle attention à la problématique du deuil périnatal. C’est dans cette optique que l’équipe du programme mère-enfant de l’unité des naissances et périnatalité à domicile, ainsi que celle des soins spirituels du CSSS de Saint-Jérôme ont développé ce projet. L’inhumation annuelle des cendres s’inscrit donc dans une démarche d’accompagnement des parents endeuillés. «Nous pourrons enfin offrir aux parents la possibilité de mettre en terre les cendres de leur nouveau-né dans ce terrain qui leur est dédié. Le processus de deuil associé à la perte d’un enfant en période périnatale pourra être mieux soutenu par les intervenants du CSSS, de l’hôpital à la maison», de préciser Claire Godin, directrice intérimaire du Programme famille, enfance, jeunesse et services à la collectivité.

Lors de la disposition du corps, deux choix se présentent aux parents endeuillés. Ils peuvent laisser l’hôpital accoucheur s’occuper des dispositions ou encore faire appel à une entreprise funéraire. Il est possible de bénéficier d’une incinération gratuite auprès de la Paroisse cathédrale de Saint-Jérôme et le transport des corps est assuré par deux maisons funéraires de Saint-Jérôme, soit la Maison funéraire Trudel ou la Maison funéraire Desrosiers. Par la suite, les cendres peuvent être récupérées pour une mise en niche ou une inhumation au cimetière.

Au Québec, le taux de mortinatalité est de 3,9 pour 1000 naissances totales, incluant les naissances vivantes et les bébés mort-nés. Toutefois, les pertes périnatales touchent près de 20 % de l’ensemble des grossesses. Ces pertes incluent les fausses couches, les interruptions médicales de grossesses, les décès in utero et les décès à la naissance.

Organisations: CSSS de Saint-Jérôme, Maison funéraire Trudel, Maison funéraire Desrosiers

Lieux géographiques: Cimetière de Saint-Jérôme, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Houda
    28 mars 2011 - 22:44

    Très bonne initiative, les parents ont vraiment besoin d'être écoutes et entourés j.en fais moi même partie j'ai perdu en deux années d'intervalle, deux magnifiques filles de 36 et 38 jours nous sommes à dieu et à lui nous retournons je n'ai même jamais pu les allaiter ni les changer ou les voir hors couveuses et gavage je suis forte je tiens encore le coup enfin j'espère