Un plan pour la protection et la mise en valeur

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Parc du Domaine-Vert

Réunies dans le nouveau chalet d’accueil du Parc du Domaine-Vert, une centaine de personnes ont assisté, samedi dernier, à la présentation entourant la phase I du Plan de protection et de mise en valeur du parc (PPMV).

Le chalet d’accueil, l’un des plus récents acquis dans le développement du Parc du Domaine-Vert.

Menée par André Goulet, ingénieur forestier chez Horizon Multiressource, une firme de Lachute dont la mission consiste à élaborer des solutions durables, concertées et novatrices à l'égard de la protection et la mise en valeur des milieux naturels, à partir d’un diagnostic multidisciplinaire, la rencontre aura surtout permis aux gens de comprendre l’ampleur de la démarche, ses tenants et aboutissants, de même que l’échéancier proposé pour la suite des choses. «Le but de cette rencontre est de vous expliquer la démarche, de connaître vos préoccupations et attentes face à ce territoire et enfin, de recevoir vos commentaires», a-t-il stipulé d’entrée de jeu.

Démarré en mai dernier, et avec pour toile de fond le développement durable, le projet de PPMV aura essentiellement permis, à ce jour, de prendre l’inventaire des ressources naturelles (hydrologie, faune, flore et forêt, notamment) qui constituent le Parc du Domaine-Vert. Comme ces quelque 70 espèces d’oiseaux répertoriées, dont des grands hérons, des hérons verts et des martins-pêcheurs. Ou encore ce secteur des grands marais, situé dans la portion ouest du parc. Un site exceptionnel et unique dans la région pour l’observation d’oiseaux.

Phase II

Une fois le portrait (inventaire) dressé, il restera à compléter la phase II en liant toutes ces informations afin de faire des recommandations durables. Mais avant, plusieurs étapes demeurent à franchir, comme développer et planifier une vision de protection et de mise en valeur du parc dont les objectifs devront nécessairement rejoindre les sphères environnementale, sociale et économique. «Et qui dit développement durable, dit aussi consultations publiques», souligne M. Goulet.

Parce que là semble résider l’essence même de la démarche. De fait, les commentaires des gens (préoccupations, attentes, suggestions, inquiétudes) face au développement du parc, mais aussi et surtout à sa protection, seront pris en compte et serviront de canevas pour la suite des choses.

Du côté du Parc du Domaine-Vert, le directeur général, Stéphane Legault, rapporte que cette démarche est le résultat de deux ans de réflexion. «C’est une journée importante dans le devenir du parc», a-t-il ajouté. Car si depuis deux ans l’idée de ce PPMV trotte dans la tête des autorités du parc, ce dernier a également dû faire face à plusieurs départs au cours de la dernière année («Plus de 50 ans d’expérience ont quitté le parc», estime M. Legault), sans compter la tenue des Jeux du Québec, l’hiver dernier, ainsi que la construction du nouveau chalet d’accueil, sans conteste la pierre angulaire de toute cette démarche, selon lui. Compte tenu de tous ces évènements, une mise au point concernant l’avenir du parc s’imposait. «Pour nous, le timing était parfait», a-t-il ajouté.

La suite des choses

Une seconde rencontre citoyenne est prévue se tenir en avril 2010, alors que le pronostic (état de santé complet du parc) sera déposé. En mai, des ateliers thématiques avec participants invités seront proposés et enfin, en juillet 2010, la présentation complète du PPMV (phases I et II) sera déposée.

Rappelons que le Parc du Domaine-Vert, constitué en régie intermunicipale issue du regroupement des quatre municipalités de Blainville, Boisbriand, Mirabel et Sainte-Thérèse, s’étend sur un terrain de quelque 1 600 acres et reçoit annuellement environ 150 000 visiteurs.

Lieux géographiques: Parc du Domaine-Vert, Lachute, Jeux du Québec Blainville Sainte-Thérèse

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires