Covoiturage: une idée qui fait son chemin

Valérie
Valérie Maynard
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En janvier dernier, la compagnie PACCAR, située à Sainte-Thérèse, démarrait un programme de covoiturage auprès de ses quelque 1 000 employés, à l’origine une idée pour pallier le manque d’espace de l’usine et qui a rapidement permis de récupérer plus de 70 places de stationnement.

Pour le succès remporté par le programme de covoiturage de l’usine PACCAR, Chakib Toubal-Seghir, directeur de l'usine, a reçu, des mains de Charles Le Borgne, directeur général de la SODET, et Stéphan Charron, président, le prix Mobilité durable 2012.

«Plus de 26 % des employés participent aujourd'hui à cette initiative. En outre, 147 vignettes de stationnement sont réservées à 62 équipages de covoiturage, dont plusieurs sont composés de trois personnes. Fait remarquable: les employés qui se déplacent en covoiturage ont économisé collectivement 606 131 $, pour une moyenne de 3 524 $ par personne, et ce, annuellement», a indiqué le directeur de l’usine, Chakib Toulab Seghir. Ce dernier a également avancé que l’initiative avait collectivement permis aux employés de l’usine de réduire leur empreinte écologique annuelle de 387 tonnes de CO2.

rive-nord.covoiturage.ca

Inspirée par le succès de PACCAR, la Société de développement économique Thérèse-De Blainville (CLD) emboîte le pas et lance à son tour un programme de covoiturage pour les entreprises des parcs industriels de la MRC. Il s’agit d’un choix clairement écologique et économique, estime son directeur général Charles Le Borgne, mais un choix également stratégique pour les entreprises qui réduisent ainsi leurs besoins en espaces de stationnement, tout en bénéficiant d'un système souple et efficace de transport en commun pour leurs employés.

Sous le thème Le covoiturage, moi, ça me transporte!, la SODET a choisi de favoriser et de soutenir l'usage du covoiturage dans les entreprises de la MRC, particulièrement dans les zones et parcs industriels, souvent peu ou mal desservis par les systèmes traditionnels de transport en commun.

«On sait que la congestion routière sur le réseau métropolitain entraîne des pertes annuelles d'environ 1,5 milliard de dollars, selon le MTQ, pertes dues essentiellement aux retards au travail, aux délais de livraison et aux pertes de productivité s'y rattachant, sans compter le stress, l'émission de GES et les problèmes de santé publique», de souligner le président de la SODET, Stéphan Charron.

Afin de réaliser son projet, à hauteur de 80 000 $, la SODET a reçu une aide financière de 40 000 $ du ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation ainsi qu’un soutien technique et financier du CIT Laurentides de 15 000 $.

D’avis que le covoiturage représente une partie de la solution et un facteur positif pour la productivité et la compétitivité des entreprises, le préfet de la MRC, Paul Larocque, considère que dans cette perspective, la SODET joue pleinement son rôle en s'investissant dans ce projet. Mentionnons que M. Larocque est également président de la commission du transport de la CMM.

Déjà, la SODET dit avoir identifié plusieurs entreprises majeures intéressées ou susceptibles de l’être, au programme de covoiturage. Des outils promotionnels seront sous peu diffusés afin de rejoindre l'ensemble des entreprises et leur fournir les informations et explications requises pour faciliter la réalisation des projets de covoiturage. Les entreprises sont d’ailleurs invitées à visiter le site Web [www.rive-nord.covoiturage.ca] et à se brancher au réseau. 

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires