Magasinez-vous votre pharmacien?

Josianne
Josianne Haspeck
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Marie-Andrée Chartrand n’avait jamais pensé à magasiner son pharmacien. Cliente depuis de nombreuses années à une même pharmacie, elle a décidé de changer de commerce à l’automne dernier pour se rapprocher de sa demeure. Depuis, elle est révoltée. 

Le prix des médicaments fait l’objet d’une pétition initiée par l’Eustachoise Marie-Andrée Chartrand.

L’Eustachoise a constaté une différence majeure de prix de ses médicaments entre son ancienne et sa nouvelle pharmacie. De 15 $ et 20 $ de moins. «La première fois que je suis allée chercher mes médicaments, il me semblait que ça ne m’avait pas coûté cher. J’ai sorti mes factures des mois auparavant pour me rendre compte que les prix étaient plus bas à ma nouvelle pharmacie», raconte-t-elle.

Sur le coup de la frustration, la dame de 65 ans écrit à l’équipe de l’émission La Facture, diffusée à Radio-Canada. Celle-ci a fait enquête et a présenté un reportage illustrant la situation au Québec, le 20 mars dernier. «J’étais outrée», mentionne celle qui entreprend ce genre de démarche pour la première fois de sa vie.

Le reportage fait état que tous les pharmaciens paient le même prix au fabricant de médicaments. On y indique qu’une personne adhérant à un régime d’assurance privée paie en moyenne 150 % de plus que le prix du médicament. Selon la pharmacie visitée, le prix payé pour une prescription peut varier du simple au double. Contrairement au régime public où les frais d’ordonnance sont plafonnés à environ 8 $, le pharmacien peut facturer ces frais comme il veut, s’il s’agit d’un régime privé.

Au lendemain de la diffusion, Marie-Andrée Chartrand se dit que la nouvelle est toujours fraîche dans la mémoire des gens et décide de lancer une pétition, que l’on retrouve sur le site Web de l’Assemblée nationale. Elle demande au gouvernement du Québec, et plus spécifiquement au ministre de la Santé et des Services sociaux, de plafonner les frais d’ordonnance dans le régime privé, de légiférer pour que les médicaments soient vendus le même prix partout au Québec, tant dans le régime public que dans le régime privé, et que les factures des médicaments soient clairement détaillées, indiquant par le fait même les frais d’ordonnance.

Mme Chartrand souhaite recueillir le maximum de signatures et aimerait bien atteindre le nombre de 1 000. À la mi-mai, le nombre de signataires s’élevait à 626. La date limite pour signer la pétition a été fixée au 8 juin 2012. «J’aimerais faire changer cette situation. Je trouve qu’on est très pénalisés. Il y a une trop grande différence de prix entre les médicaments selon le type de couverture, soit par le régime public d'assurance médicaments du Québec ou un régime privé», s’indigne-t-elle.

Pour aller chercher un plus grand nombre de signatures, Mme Chartrand s’est installée au Marché aux puces de Saint-Eustache il y a quelques jours et en a entendu des vertes et des pas mûres. «Les médicaments, ce n’est pas un luxe. Le gouvernement devrait exiger que tout le monde paie le même prix pour un même médicament. On se fait rouler, mais on ne s’en aperçoit pas tout de suite», conclut-elle.

Pour signer cette pétition, il suffit donc de se rendre sur le site Web de l’Assemblée nationale, à l’adresse [www.assnat.qc.ca/fr], puis cliquer sur les onglets <Exprimer votre opinion> et «Signer une pétition électronique». La pétition de Mme Chartrand a pour titre Prix des médicaments et a été mise en ligne le 26 mai. On peut aussi effectuer une recherche avec Google, en utilisant les mots «pétition» et «Assemblée nationale». 

Organisations: Assemblée nationale, Radio-Canada, Services sociaux Marché aux puces de Saint-Eustache Google

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires