François Dumontier : les deux mains bien accrochées au volant

Valérie Schmaltz
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Invité par la Chambre de commerce et d’industrie Thérèse-De Blainville, François Dumontier, président du Groupe Octane ou l’homme derrière le Grand Prix du Canada de Formule 1, s’est adressé à un parterre de gens d’affaire afin de leur expliquer les enjeux du Grand Prix du Canada et du week-end NASCAR.

François Dumontier, président du Groupe Octane, s’est adressé à un parterre de gens d’affaire afin de leur expliquer les enjeux économiques engendrés par Le Grand Prix du Canada de Formule 1 et le week-end NASCAR.

En premier lieu, il faut savoir que ces deux évènements génèrent ensemble des retombées économiques excédant 110 millions de dollars, en plus d’être vus par 300 millions de téléspectateurs, et ce, dans 60 pays.

«Le fait de convier chez nous, chaque été, deux clientèles d’amateurs de sport automobile contribue à renforcer l’image de notre ville comme destination unique dans le marché du sport automobile et à consolider sa position dans cette industrie», explique François Dumontier.

Renaissance

À l’automne 2008, alors que la Formula One Management (FOM), détentrice des droits de présentation du championnat du monde, retire les droits au promoteur canadien, le Grand Prix du Canada n’est plus inscrit au calendrier 2009. D’ailleurs, les demandes financières démesurées exigées par Bernie Ecclestone sont refusées par les différents paliers gouvernementaux.

En 2009, François Dumontier rencontre Bernie Ecclestone et négocie avec ce dernier, dans un contexte devenu plus favorable et qui allait faire du groupe Octane le nouveau promoteur du Grand Prix du Canada.

«En novembre 2009, on annonça publiquement que le Grand Prix du Canada allait revenir en 2010 et que le Canada, le Québec, la ville de Montréal et Tourisme Montréal verseraient conjointement 15 millions par année, pendant cinq ans, à la FOM et que Groupe de course Octane, à titre de détenteur des droits canadiens, allait, à même les revenus de l’événement, verser les sommes supplémentaires requises par M. Ecclestone. Au nombre des obligations du promoteur, s’ajoutait le versement à nos gouvernements d’une part des revenus à la billetterie, à hauteur de 30 % », d’ajouter M. Dumontier.

New-York?

Visionnaire dans l’âme, François Dumontier est de ceux qui croient qu’un Grand Prix s’impose à New-York: «La F1 en bénéficiera au plan de l’image et sa popularité pourrait croître aux Etats-Unis, au point d’avoir des retombées significatives pour nous. Ce serait alors à nous de positionner adéquatement notre offre, face à New-York ou Austin, le cas échéant. Là-dessus, je n’ai aucune inquiétude.»

L’aventure du Groupe Octane est loin d’être terminée.

Organisations: Groupe Octane, Tourisme Montréal, Groupe de course Octane

Lieux géographiques: Canada, New-York, Québec Montréal Etats-Unis

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires