Joey Saputo raconte les défis de l’aventure de l’Impact

Martin
Martin Leclerc
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Devant les gens d’affaires de Mirabel

À titre de conférencier invité devant les membres de la Chambre de commerce et d’industrie de Mirabel, le 26 octobre dernier, le président de l’Impact de Montréal, Joey Saputo, a tracé le bilan des défis relevés au cours des 17 années d’existence de l’équipe professionnelle jusqu’à l’ascension à la plus prestigieuse ligue de soccer en Amérique du Nord.

(Photo Michel Chartrand) Le président de l’Impact, Joey Saputo, a réussi son pari d’amener son équipe de soccer à atteindre la plus prestigieuse ligue en Amérique du Nord.

D’entrée de jeu, Joey Saputo a résumé en une phrase les raisons de son implication dans le soccer, un sport qui le passionne. «Ma famille, dit-il, m’a appris qu’il était toujours mieux de donner que de recevoir.»

En 1993, il a donc été le président fondateur de l’Impact de Montréal alors que le Groupe Saputo en était l’unique propriétaire. Cependant, ce n’était pas facile de vendre le soccer aux Montréalais dans une ville où régnaient les Canadiens au hockey et les Expos au baseball. Les foules dépassaient rarement le nombre de 4 500 personnes au terrain du Centre Claude-Robillard.

«Dans le sport comme dans les affaires, a raconté le président, il ne faut jamais rien prendre pour acquis. Les amateurs préféraient suivre leur équipe à la télévision plutôt que de venir au stade. Nous n’avions pas de partenaire média, peu d’employés pour vendre des billets, bref, nous n’avions aucune stratégie. C’était l’incertitude chez nos partisans qui se demandaient année après année si nous allions encore exister.»

Le club a été vendu en 1999 à un groupe d’actionnaires qui n’ont pu faire mieux. Puis, en 2002, l’Impact est devenu un organisme sans but lucratif. Joey Saputo est revenu à la présidence pour jouer un rôle crucial dans la relance.

«Pour nous démarquer, a-t-il indiqué, nous avions besoin d’une équipe compétitive avec quelques joueurs québécois et des joueurs clés, signés à long terme. Nous sommes devenus très impliqués dans la communauté en travaillant, entre autres, avec les associations régionales de soccer et avec un programme pour contrer le décrochage scolaire afin de se rapprocher des jeunes et de la population pour ainsi créer un sentiment d’appartenance».

«Ma famille m’a appris qu’il était toujours mieux de donner que de recevoir.» Joey Saputo

L’équipe a gagné de nouveaux partisans avec des championnats en 2004 et 2009. Elle a aussi fait construire un nouveau stade de 13 000 sièges en 2008 au coût de 17 M$ avec des investissements privés.

«Notre but, c’est que le soccer devienne un sport majeur à Montréal. Après 17 ans, nous avons atteint la maturité», a relaté avec fierté Joey Saputo avant d’expliquer que L’Impact va prendre place dans la plus prestigieuse ligue de soccer en Amérique du Nord, soit la Major League Soccer (MLS) en 2012. Elle deviendra la 19e équipe à se joindre à la MLS avec les plus grandes villes américaines ainsi que Toronto et Vancouver.

Joey Saputo a réussi son pari d’accéder aux ligues majeures, mais le défi est encore énorme pour les 18 prochains mois. Il lui faudra trouver de nouveaux joueurs exceptionnels, car le calibre de jeu sera beaucoup plus relevé. La saison 2011 dans la North American Soccer League sera le tremplin pour la MLS.

Le nombre de billets de saison se chiffre actuellement à 4 500. Joey Saputo a annoncé que l’objectif était fixé à 15 000 d’ici le début de la saison 2012. De plus, le stade sera agrandi avec 8 000 sièges supplémentaires. La contribution de 23 M$ du gouvernement du Québec a déjà été annoncée et les travaux d’agrandissement débuteront au printemps 2011.

 

Organisations: Major League Soccer, Groupe Saputo, Centre Claude-Robillard North American Soccer League

Lieux géographiques: Montréal, Mirabel, Amérique du Nord Toronto Vancouver Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires