Brandi Disterheft – Clayton Doley

Benoît
Benoît Bilodeau
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Brandi Disterheft: Gratitude – Clayton Doley: Desperate Times

Brandi Disterheft

Gratitude

Justin Time Records

[www.brandidisterheft.com]

Native de Vancouver et résidant maintenant à New York, la contrebassiste Brandi Disterheft est encore toute jeune à 27 ans. Pourtant, le réputé Oscar Peterson a déjà eu de très bons mots pour elle en disant: «Il n’y a pas plus sérieux qu’elle – "She is what we call serious!"» Ce qui n’est pas peu dire! Aussi, son premier album en carrière, Debut, paru en 2007, lui a valu un an plus tard un Juno Award. Trois ans après Second Side, voilà que Brandi Disterheft nous propose de la suivre sur son troisième album en carrière, sur lequel elle propose 10 titres, dont trois sur lesquels on peut l’entendre chanter non seulement dans sa langue maternelle qu’est l’anglais, mais aussi, sur une pièce, en français. Bien entourée de musiciens de renom que sont la pianiste Renee Rosnes, le saxophoniste alto Vincent Herring (longtemps un membre de la formation de Cedar Walton), la flûtiste Anne Drummond, le trompettiste Sean Jones et le batteur Gregory Hutchinson, Brandi Disterheft s’offre ici un retour aux sources du jazz, lequel se veut ici très classique, mais aussi très swing. Rien de crispé. Le jeu à la contrebasse de la musicienne est ici fort bien maîtrisé et celle-ci a aussi le mérite de laisser beaucoup de place à ses musiciens. Bref, un album qui fait du bien à entendre et qui comblera les amateurs de jazz, tout comme ceux qui souhaitent découvrir ce style musical.

 

Clayton Doley

Desperate Times

Hi-Fi-Doley-T

[www.claytondoley.com]

Reconnu comme le meilleur joueur d’orgue Hammond B3 en Australie, Clayton Doley a participé à l’enregistrement d’une centaine d’albums à titre de musicien de session, en plus de jouer avec de grands noms de la musique de son pays natal, tels Jimmy Barnes et Jade MacRea. Lors du plus récent Festival international de jazz de Montréal, il s’est retrouvé sur la même scène que son ami Harry Manx, à l’invitation de ce dernier d’ailleurs, pour un spectacle à la Maison symphonique. Puis, Clayton Doley s’est pointé à Toronto, où il a rencontré le guitariste Champagne James Robertson et le batteur David Di Renzon avec lesquels il va former le Clayton Doley Organ Experience. Les trois musiciens ont eu le temps de peaufiner leur complicité, laquelle se traduit par un album à la fois blues et jazz. Doley, qui chante aussi sur la plupart des pièces, nous fait ici entendre, avec ses deux acolytes, neuf pièces sur lesquelles il dévoile sans équivoque toute son aisance à l’orgue Hammond B3, un instrument qu’il remet ici au goût du jour de fort belle façon!

 

 

Organisations: Maison symphonique

Lieux géographiques: Vancouver, NewYork, Australie Montréal Toronto

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires