Arts plastiques à Lionel-Groulx: tenue de travail

Joëlle Desjardins
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Une joyeuse exubérance se dégage de la superbe affiche annonçant l’exposition des finissants 2012 en Arts plastiques du Collège Lionel-Groulx. Ces derniers y posent fièrement, en tenue de travail, souriant devant une immense toile couverte d’éclaboussures de peinture aux couleurs vives.

Déchéance de Rachelle Marcoux et Karine Blanchette, Prix Coup de coeur à l'Intercollégiale d'arts plastiques, à Rimouski.

On y devine une métaphore de l’effort collectif et des complicités développées tout au long de ces deux ou trois années d’études. Ayant dû reprendre en août, de manière intensive et condensée, la session d’hiver interrompue par le conflit étudiant, la cohorte 2012 a donc redoublé d’ardeur pour produire 144 créations originales et les présenter lors de cette ultime exposition de leur parcours collégial.

À la suite du vernissage du 28 septembre dernier, le fruit de leur travail sera présenté jusqu’au 8 novembre, notamment dans le Corrid’Art et les locaux du département des Arts Plastiques, de même que dans les nouveaux espaces de création et d’exposition, ces derniers occupant les anciens quartiers du Carrefour Étudiant.

On aurait pu croire qu’à la suite des évènements du printemps dernier, le travail des finissants 2012 aurit pris une forte saveur politique. On découvre bien vite qu’il n’en est rien, alors que l’on parcourt l’exposition à la recherche de quelques traces du Printemps Érable. La cuvée 2012 semble avoir préféré s’en détacher, axant plutôt sa démarche sur l’humain en tant qu’individu ou encore l’étude des formes et des techniques, purement et simplement.

En déambulant dans les différents lieux d’exposition, on dénote surtout une volonté d’exprimer une émotion (solitude, confusion ou angoisse) plutôt qu’une opinion, bien que les œuvres à caractère social soient toujours bien présentes.

On y dénonce entre autres le sort des enfants-travailleurs, les conséquences du culte de la beauté et des apparences ou encore la cruauté envers les animaux. Dans un même ordre d’idées, une grande préoccupation environnementale peut également être observée.

Comme de coutume, les pièces exposées prennent diverses formes, de la toile à la sculpture, en passant par l’installation et le multimédia. Les matériaux et les techniques explorés et souvent métissés se font tout aussi variés, témoignant d’une volonté créatrice essayant de repousser les contraintes souvent imposées par un cadre pédagogique.

Avec, entre autres, ses installations à grande échelle percutantes (Déchéance de Rachelle Marcoux et Karine Blanchette) ou ludiques (Avez-vous trouvé le pot aux roses de Chanel Forget et Camille Gauvin-Levasseur), ses projets vidéo saisissants (les Chakras de Véronique Girard  et Chloé Martin, avec leur hypnotisante illusion d’optique) ou encore l’ingénieux «Projet Récupération», l’exposition des finissants 2012 en Arts Plastiques vaut le détour.

Pour apprécier la créativité et la détermination des étudiants de ce programme préuniversitaire, de même que pour découvrir et encourager la relève artistique de la région, c’est un rendez-vous au collège Lionel-Groulx jusqu’au 8 novembre.

Organisations: Lionel-Groulx, Arts Plastiques

Lieux géographiques: Carrefour Étudiant

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires