À Blainville et au TLG: des trésors en théâtre jeune public

Luc
Luc Proulx
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Oubliez les 7 à 77 ans, parce que le théâtre jeune public actuel parvient à ouvrir les esprits de poupons de moins d’un an, tout en réussissant à plaire à un auditoire qui a tout vu du siècle révolu.

Mélissa Meilleur, pour la Ville de Blainville, et Frédérique Lapierre, du diffuseur Odyscène, sont les responsables de la programmation conjointe Jeune public.

Voilà déjà dix ans que la Ville de Blainville propose une carte conjointe avec le diffuseur Odyscène, afin d’amener ce théâtre hautement créatif sur la grande scène du Théâtre Lionel-Groulx, tout comme dans la petite salle plus intimiste du centre communautaire du chemin Plan-Bouchard.

Plus d’une douzaine de ces spectacles théâtraux faisant aussi appel à la danse comme la musique, en passant par la magie et le théâtre de marionnettes, vous sont proposés dans cette série Jeune public, très étoffée.

Et le conte sera à l’honneur, notamment dans Les petits chaperons rouges (23 septembre), de même que Le grand méchant loup (30 septembre) et Pinocchio (10 mars), alors que ces classiques seront réinventés pour les enfants, en ajoutant l’humour à l’émerveillement.

Frédérique Lapierre a hérité de cette dimension artistique chez Odyscène et le jeune père témoignait de tout l’intérêt de la pièce de trente minutes intitulée l’Édredon (28 avril) qui s’adresse aux 1 an et plus.

«Je vous jure que ça marche», témoigne-t-il en racontant jusqu'à quel point un bébé semblait parfaitement captivé, voire fasciné par la représentation.

Poésie du corps et ombres chinoises, mais aussi l’imagerie vidéo et l’installation de lampes sonores soutiennent le jeu de deux comédiens dans cette représentation qui amène les bébés vers l’ailleurs, explorant le rapport à l’autre, dans une réflexion intime et onirique.

Et il y aura des productions auxquelles on n’hésite pas à convier la clientèle adulte, telles Charlot et le cinéma muet, de même que Gold, de la compagnie Cas public, qui sera exceptionnellement présentée en soirée.

Pour le plaisir à l’état pur, la petite salle blainvilloise proposera Un Noël avec Fredo (16 décembre), de même que les marionnettes de Pekka (20 janvier) ainsi que Souris bouquine: Aventure au Far West (24 février). Il faudra cependant se rendre à Lionel-Groulx pour retrouver Shilvi dans Quand les poules auront des dents (27 janvier).

Tous les univers du cirque, de la musique et de la jonglerie se retrouvent amalgamés dans Une lettre pour moi (25 novembre) et les enfants connaissent déjà très bien Arthur l’aventurier (24 mars), qui entraînera ses jeunes spectateurs dans une quête de reconstitution écologique.

«Je pensais savoir, se remémorait Frédérique Lapierre, à propos de ces productions hautement professionnelles destinées aux enfants, mais je n’en connaissais qu’une infime partie: il y a des trésors pour le jeune public», admet-il avec l’assentiment de Mélissa Meilleur, responsable de la série pour la Ville de Blainville.

À vous d’aller abandonner deux ou trois préjugés dans l’une des deux salles: à Blainville pour les spectacles intimistes et Lionel-Groulx, en ce qui concerne les plus grosses productions nécessitant espace et mécanique de scène. On trouve tous les renseignements sur le site d’Odyscène, au [www.odyscene.com] et l’on réserve en composant le 450-434-4006.

Les écoles élémentaires et autres institutions dédiées à l’enfance devraient être interpellées par ces propositions des troupes et des compagnies théâtrales qui ne concèdent rien à la qualité pour rejoindre leur auditoire.

Organisations: Théâtre Lionel-Groulx, Ville de Blainville, Jeune public Cas public

Lieux géographiques: Blainville, Chemin Plan-Bouchard, Lionel-Groulx

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires