Dix sculptures géantes à Boisbriand

Reine
Reine Côté
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Le parc Claude-Jasmin se transformera sous peu en un immense chantier de création en accueillant, du 12 au 26 août, 10 sculpteurs qui auront le mandat de réaliser une œuvre artistique hors de l'ordinaire, directement devant public, dans le cadre du Symposium de la sculpture de Boisbriand.

Les maquettes de quelques-unes des oeuvres qui seront réalisées dans le cadre du symposium

C'était un secret de Polichinelle, puisque la Ville affichait l'évènement sur son site Web depuis mai, mais l'administration municipale et le Conseil de la sculpture du Québec, qui l'organisent conjointement, ont cependant attendu le 31 juillet pour lancer officiellement le symposium en présence des artistes.

La Municipalité de Boisbriand partage ainsi, avec la Ville d'Outremont, l'honneur d'avoir été choisie comme l'une des deux villes hôtes de ce symposium qui vient rendre hommage au CSQ à l'occasion de son 50e anniversaire d'existence. Durant dix jours, entre 9 h et 17 h, les visiteurs pourront observer les sculpteurs en plein travail.

«C'est un projet que j'ai, pour Boisbriand, de rendre la culture accessible et disponible», a indiqué la mairesse de Boisbriand, Marlene Cordato, qui affichait une mine ravie en dévoilant les détails de l'événement artistique pour lequel son administration a débloqué 5 000 $ pour chacun des artistes participants.

Le nouveau président du CSQ, Michel Gautier, estime que la Municipalité a fait un bon choix en subventionnant cet évènement commémoratif autour d'un art méconnu du grand public. «Ça fait 50 ans que les artistes en arrachent pour faire de la sculpture, a fait remarquer M. Gautier. Pourtant, la sculpture est un investissement. C'est quelque chose qui rapporte.»

De fait, les œuvres réalisées à hauteur d'homme, en bois, en pierre ou en métal, par Jacques Bénard, Jean Bisson Biscornet, Bruno Dufour, Gilles Lauzé, Guy Pierre, Marie-Josée Leroux, Bozena Happach, Geneviève Mercure, Gabrielle Bolvari-Bergeron et Armand Destroismaisons, seront ensuite installées en permanence sur des terrains municipaux bien en vue.

Les sites choisis? La bibliothèque, le parc Blais, le parc Claude-Jasmin, le Centre d'excellence sur glace, le poste de police, l'école de la Clairière, les ateliers municipaux, la caserne d'incendie, le parc Dubois et l'école Gabrielle-Roy.

L'animateur radiophonique Éric Rémy, qui vit à Boisbriand depuis 2007, s'est joint au comité de la culture de la Municipalité pour l'organisation du symposium. «La culture, c'est très important et je suis très fier de notre Ville qui a une fibre sensible à la culture», dit-il.

Ce sentiment est partagé par l'artiste boisbriannaise Gabrielle Bolvari-Bergeron qui créera une œuvre pour son patelin, nommée Orbite. «J'ai choisi ce nom parce que Boisbriand se développe de plus en plus en culture, a lancé la jeune artiste multidisciplinaire qui a déjà signé une sculpture disposée au Centre d'interprétation de la nature, en 2007. Je me sens choyée de réaliser une deuxième sculpture pour l'espace public de Boisbriand.»

Les curieux peuvent déjà se faire une idée des futures sculptures géantes en passant à la bibliothèque municipale, où est exposée leur maquette.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires