Johanne Blouin brise la glace

Joëlle Desjardins
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Signe que la belle saison est bel et bien commencée, le coup d’envoi des concerts en plein air sur la Place du Village a été donné le mardi 3 juillet dernier en compagnie de Johanne Blouin. Sympathique et bien en voix, la prolifique et polyvalente artiste, qui cumule d’ailleurs plus de trente années de métier, a ravi un public nombreux en lui offrant une belle variété de pièces.

Sympathique et bien en voix, Johanne Blouin a ravi un public nombreux en lui offrant une belle variété de pièces.

Ses albums Merci Félix et Johanne Blouin ayant bercé mon enfance dans les années 80, c’est donc avec une douce nostalgie, apparemment typique de ma génération, que j’ai pris place au parterre. J’avais hâte d’entendre Dors Caroline, qui me semblait si mystérieuse à l’époque, avec ses enfants perdus et sa ville orpheline. C’est à la toute fin du concert que nous y avons eu droit, lors d’un rappel au préambule rigolo, où l’artiste est restée sur scène, refusant d’aller se «cacher» dans la coulisse visible par le public. Mais avant d’en arriver là, Johanne Blouin a revisité son répertoire, nous conviant à un périple aux paysages variés. C’est donc avec son succès J’aurais voulu te dire qu’elle débute le spectacle, chaleureusement saluée par une foule considérable. Elle poursuit avec un segment dédié à Félix Leclerc, qu’elle entame avec une Sors-moi donc Albert entraînante avec ses accents rock. Une Bozo douce et mélancolique s’ensuit, livrée avec nuances et appuyée par un chœur de spectateurs. Puis, c’est Le p’tit bonheur qui émeut la foule, la version de Blouin se faisant lancinante et pour moi aussi poignante que dans mes souvenirs d’enfance, où ma gorge se serrait immanquablement dès les premières mesures. Elle clôt cette partie du concert avec Tirelou, invitant une spectatrice à partager la scène avec elle le temps d’une chanson.

La soirée se poursuit avec la toujours magnifique Une chance qu’on s’a de Jean-Pierre Ferland, aux belles envolées et au texte touchant, inspirant, à l’instar de la pièce Lui, d’ailleurs composée par Ferland pour Johanne Blouin. Après une D’ici et d’ailleurs au rythme exotique et une intense interprétation de l’Hallelujah de Leonard Cohen, on amorce un segment jazz accueilli avec joie. Des classiques tels They Can’t Take That Away From Me et L.O.V.E ou encore Lullaby of Birdland et What a Wonderful World réjouissent les spectateurs qui battent la mesure. Quelques moments agréablement étonnants sont également au menu, par exemple une rafraîchissante Donnez-moi des roses à saveur jazz latin, un air d’opéra inattendu, solennel et impressionnant, ou encore une décoiffante interprétation de la Mercedes Benz de Janis Joplin.

C’est donc de belle façon que s’est amorcée la saison 2012 de la Place du Village en spectacle, série qui se prolongera jusqu’au 14 août prochain pour des mardis soir tout en musique. N’hésitez pas non plus à vous aventurer en famille aux abords du CHSLD Drapeau-Deschambault les dimanches après-midi, là où se déroulent les Pique-niques du Village et Musique du monde; de belles découvertes vous y attendent. Pour tous les détails concernant la programmation des événements, consultez le site Web de la Ville de Sainte-Thérèse.

Organisations: Ville de Sainte-Thérèse

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires