Arts visuels: des objets qui parlent

Claude
Claude Desjardins
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

S’il est admis que les murs ont des oreilles, peut-on imaginer que les objets du quotidien leur fassent la conversation? Difficile à dire. 

Valéry Cadieux

Admettons qu’on prendrait une chance et que l’on confierait, à une artiste émergente, certains de ces objets que l’on destinait à l’empoussièrement ou au dépotoir? Quel genre d’objet? N’importe lequel, celui qui fera ou ne fait plus votre affaire. C’est comme vous voulez. Un truc devenu inutile, mais qui contient le vécu de son propriétaire. Valéry Cadieux saura le transformer, lui donner une nouvelle vie, artistique celle-là, jusqu’à lui faire porter votre empreinte vocale.

Originaire du tout petit village de Saint-Michel-de-Wentworth-Nord (parce qu’il y a un sud, sourit-elle), Valéry Cadieux a passé les deux dernières années à Sainte-Thérèse pour y compléter un DEC en arts plastiques, au collège Lionel-Groulx, bien entendu, stage au terme duquel elle a reçu le Prix Praxis/Hydro-Québec.

Ce prix, qui vient «reconnaître et soutenir une jeune pratique artistique», était assorti d’une bourse en argent, en plus d’une adhésion au centre d’artistes Praxis art actuel, qui accueille aussi la lauréate en ses murs, dans le cadre d’un laboratoire-résidence qui lui permettra de développer un projet artistique dont la substance vous est brièvement décrite plus haut.

En fait, le souhait de Valéry Cadieux est de s’assurer la complicité du public térésien dans l’élaboration d’une installation sonore, une sorte de bric-à-brac dont les composantes, le matériau principal, seraient justement ces objets qu’on lui lèguerait. En les recueillant, l’artiste, qui poursuit sa formation à l’Université Concordia, prendrait aussi un échantillon de votre voix qu’elle intègrerait à son œuvre. Ces voix réunies se feraient alors écho, comme si les citoyens de Sainte-Thérèse (et l’on insiste bien sur cette particularité géographique) s’étaient réunis pour piquer une jasette à l’intérieur d’une œuvre d’art.

Ce faisant, Valéry Cadieux amorce une démarche qui se veut en parfaite concordance avec le mandat de Praxis qui privilégie tout projet artistique qui soit en relation avec son milieu, qui déborde les cadres habituels de la salle d’exposition et «s’infiltre dans l’espace public».

Mais tout d’abord, il faudra rassembler vos objets et vos voix. Une collecte est d’ailleurs prévue chez Praxis art actuel, au 34, rue Blainville Ouest, à Sainte-Thérèse, dès cette semaine, du mardi au jeudi, entre midi et 17 h. L’artiste vous y accueillera… et vous enregistrera, tout comme elle le fera dans le cadre d’une tournée de porte en porte, une activité qui lui permettra d’aller à la rencontre des gens et d’échanger avec eux sur l’art. On peut aussi prendre rendez-vous, au 450-434-7648. Un blogue vous permettra également de la suivre dans sa démarche et sa réflexion artistique.

En bout de ligne, l’installation sera présentée au public, dans le cadre d’une exposition qui se tiendra du 18 au 25 mai. 

Organisations: Lionel-Groulx, Hydro-Québec, Université Concordia

Lieux géographiques: Sainte-Thérèse, Village de Saint-Michel-de-Wentworth-Nord, Rue Blainville Ouest

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires